Harry Potter, Book 4 : And the Goblet of Fire de J. K. ROWLING

Harry Potter, Book 4 :
And the Goblet of Fire
de J. K. ROWLING

Bloomsbury,
2004, p. 796

Première Publication : 2000


Pour l’acheter : Harry Potter, Book 4


Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 67 langues ont été vendus à plus de 450 millions d’exemplaires. Elle a également utilisé le pseudonyme Robert Galbraith. (Wikipédia)

♣ Harry Potter (vo) : Book 1 ♣ Book 2 ♣ Book 3 Book 8 ♣
♣ Les Animaux fantastiques 
♣ Le Quidditch à travers les âges 
♣ Les Contes de Beedle le Barde 


♣ ♣ ♣


The Triwizard Tournament is to be held at Hogwarts. Only wizards who are over seventeen are allowed to enter – but that doesn’t stop Harry dreaming that he will win the competition. Then at Hallowe’en, when the Goblet of Fire makes its selection, Harry is amazed to find his name is one of those that the magical cup picks out. He will face death-defying tasks, dragons and Dark wizards, but with the help of his best friends, Ron and Hermione, he might just make it through – alive!


/!\ Spoilers sur les premiers tomes ! /!\

J’ai profité de mon séjour irlandais pour me plonger un peu plus dans la langue anglaise et donc, pour lire en VO. Ma liseuse sous le bras, j’ai dévoré quelques dizaines de pages de ce quatrième tome de Harry Potter, en dégustant des petits-déjeuners copieux… et j’ai redécouvert une histoire que j’avais oubliée, l’adaptation au cinéma ayant largement pris le dessus dans mes souvenirs !

Quatrième année à Poudlard, Harry, Hermione et Ron ont 14 ans. Après avoir découvert l’année précédente que Sirius Black était son parrain et après l’avoir aidé à s’échapper, Harry débute cette nouvelle année anxieux et victime de terribles cauchemars. Comme si cela ne suffisait pas, voilà que son nom se retrouve on ne sait comment dans la compétition alors accueillie par Poudlard : le Tournoi des 3 sorciers (4 sorciers finalement puisque Harry se voit dans l’obligation de participer bien malgré lui). Les dangers s’annoncent nombreux et il ne peut même plus compter sur le soutien de Ron, jaloux de cette nouvelle renommée qui le précipite encore un peu plus dans l’ombre de « Celui qui a survécu ».
Premières disputes sérieuses entre les amis, premiers émois amoureux pour Harry mais aussi dangers de plus en plus prégnants et atmosphère qui s’assombrit véritablement. Ce quatrième tome est véritablement celui de la transition, le tome central. Les choses sérieuses se mettent en place, on ne rigole plus. Finies les petites batailles d’enfant et l’insouciance, Voldemort prépare son retour en grande pompe et il n’a pas l’intention d’épargner ceux qui se trouveront sur son chemin et le combattront.

J’avais oublié que même si le Tournoi des 3 sorciers prend beaucoup de place dans le roman, il n’arrive qu’après plus d’une grosse centaine de pages (quasiment 200 même) alors que le film ne se concentre quasiment que là-dessus. Je ne me souvenais donc plus de toutes les scènes avant et pendant la coupe du monde de Quidditch et l’ambiance lourde de peur et de haine qui suit l’apparition de la marque des ténèbres dans le ciel. Je ne me souvenais plus de l’elfe Winky ni de tout ce qui entoure le personnage de Barty Croupton. Et pourtant, tant d’importance et de détails dans toute cette première partie du roman…

Ce quatrième opus c’est également l’occasion pour J. K. Rowling d’enrichir son univers déjà si vaste en nous présentant d’autres écoles de sorcellerie existant dans le monde : Beaux-Bâtons en France et Durmstrang du côté de la Bulgarie (a priori). Dragons, sirènes, sphynx… là encore, l’auteure élargit la faune des sorciers et comme d’habitude, tout est calculé et parfaitement à sa place.

Mais sous des airs de gravité et de destin exceptionnel, J. K. Rowling nous parle aussi de l’adolescence et du quotidien d’un jeune garçon de 14 ans qui a le béguin pour la première fois et se révèle particulièrement maladroit. Harry Potter c’est surtout l’histoire d’une jeune garçon qui grandit et qui connaît toutes les étapes d’un adolescent lambda… j’avais oublié l’humour ultra présent malgré la gravité de l’ensemble. J’ai souri plus d’une fois et je pense que c’est d’autant plus perceptible en anglais.

Je ne regrette absolument pas de redécouvrir cette saga alors que plusieurs années se sont écoulées depuis ma première lecture car mes souvenirs étaient essentiellement dus aux adaptations qui, même si elles me font rêver et me plaisent énormément, oublient forcément tout un tas de détails que j’ai adoré redécouvrir ! La S.A.L.E., le secret de Rita Skeeter, les cachotteries de Winky, les épreuves dans le labyrinthe… quel bonheur !

Quel univers riche et intelligent ! Quels personnages attachants ! Que d’éléments dispersés dans chaque tome en prévision du dernier… Harry Potter a fait, fait et fera toujours partie de ma vie. Je ne m’en lasserai jamais.

 

3 pensées sur “Harry Potter, Book 4 : And the Goblet of Fire de J. K. ROWLING

  • 23 octobre 2017 à 14 h 48 min
    Permalink

    C’était mon tome favori étant plus jeune et je l’ai relu il y a quelques mois et j’en ai toujours autant aimé la lecture. Pour moi, un tome charnière dans toute la saga !

    Répondre
  • 20 octobre 2017 à 11 h 36 min
    Permalink

    Bonjour Maureen,
    J’adore ce tome, et comme toi j’aime beaucoup les éléments qui ne sont pas dans les films, surtout l’histoire de Winky et la cuisine de Poudlard.
    Je relis aussi la saga en anglais, j’aime bien découvrir certains termes en anglais, le nom des créatures ou des personnages, c’est un peu une redécouverte de l’univers.

    Répondre
  • 20 octobre 2017 à 10 h 30 min
    Permalink

    Ce tome 4 est génial, c’est dans celui-ci précisément que tout se met en place !
    Concernant le syndrome du mélange souvenirs du livre/du film, je pense qu’on en est toutes et tous un peu victime, et c’est toujours agréable de se replonger dans l’œuvre d’origine (et en VO !) pour remettre ses souvenirs au clair.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0429a48d2f04563c63d4f320cdae85bcJJJ