Les petites Reines de Clémentine BEAUVAIS

Les petites Reines
de Clémentine BEAUVAIS

France Loisirs,
2017, p. 270

Première Publication : 2015


Pour l’acheter : Les petites Reines


Clémentine Beauvais est une écrivaine française, née le . Elle vit actuellement à Cambridge (Royaume-Uni) où elle est enseignante-chercheuse en sociologie et philosophie de l’enfance à l’Université d’York. Elle a remporté plusieurs prix en littérature, notamment pour Les Petites Reines. (Merci Wikipédia !)


♣ ♣ ♣


À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!! Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!! Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée. En vie, vraiment.


Les petites Reines, en voilà un titre qui a largement fait parler de lui depuis sa sortie et qui m’intriguait. C’est grâce aux conseils avisés d’une collègue que je me suis enfin décidée à me le procurer et à me le lire… et je l’en remercie car la découverte fut plus qu’excellente !

Les romans jeunesse mettant en scène de jeunes filles brillantes, belles, douées et jouant les super héroïnes, sont légion. Ici, Clémentine Beauvais prend le contre-pied et choisit de suivre Mireille, Astrid et Hakima, trois adolescentes au physique particulièrement ingrat. Toutes les trois ont été élues respectivement : “boudin de bronze”, “boudin d’or” et “boudin d’argent” lors d’une compétition odieuse organisée chaque année au collège/lycée afin d’élire les jeunes filles jugées les plus laides de l’école.
Si Mireille, notre personnage principal, parvient à prendre du recul à ce sujet, habituée au harcèlement qu’elle subit depuis des années, Astrid et Hakima sont dévastées par la nouvelle. C’est cette compétition qui va provoquer la rencontre entre les trois adolescentes et qui va tout déclencher.

Clémentine BEAUVAIS, portrait trouvé sur le site des éditions Sarbacane.

Mireille, Astrid et Hakima se découvrent un point commun : elles ont toutes les trois besoin de se rendre à la garden party de l’Elysée le 14 juillet. Leurs raisons sont différentes mais leur point de chute est le même alors elles unissent leurs forces et ce qui, au début, n’était que paroles en l’air et plaisanteries, se transforme en road-trip loufoque sur les routes de France. Entre Bourg-en-Bresse et Paris, il y en a des kilomètres à parcourir en vélo, et surtout bien des occasions de se dépasser, de faire des rencontres et de s’accepter tel que l’on est…

Derrière une aventure assez peu crédible voire carrément loufoque et surtout beaucoup d’humour, Clémentine Beauvais aborde pourtant des sujets adolescents d’importance et ce avec beaucoup d’émotions.
Nos trois héroïnes possèdent un physique différent de la “norme” et elles en souffrent au quotidien, surtout à l’école où le harcèlement est le plus difficile à gérer. Pourtant, cette différence ne les empêche pas (et ne doit pas les empêcher) de découvrir le monde, de faire des rencontres, de s’accomplir… bref, de vivre et d’être heureuses tout simplement !

L’auteure accentue l’ultra-présence du regard des autres par le prisme des médias et des réseaux sociaux puisque l’aventure des “boudins” connaît un intérêt grandissant au fil des jours, dans les journaux, à la télévision et sur la toile. Témoignages profondément bienveillants ou commentaires odieux de la part de parfaits inconnus, difficile de gérer le déferlement médiatique qui s’abat sur elles.
Après tout, elles ne sont ni les héroïnes féministes que certains souhaitent voir en elles, ni les monstres de foire que d’autres s’amusent à insulter. Elles sont juste trois jeunes filles avec leur histoire, leur passé, leurs souvenirs, leurs peines, leurs joies et leurs espoirs… alors si leur aventure peut sembler irréaliste – Clémentine Beauvais fait preuve d’exagération à bien des égards, jusque dans le caractère de Mireille – elles n’en restent pas moins des personnages assez authentiques que l’auteure a très bien su croquer. Personnellement, je trouve que les traits un peu forcés – chez Mireille par exemple, une adolescente à la répartie insolente ou la passion d’Astrid pour le groupe Indochine qui n’est pas sans me rappeler ma propre adolescence ! – et l’invraisemblance de ce road-trip sont utiles car employés à bon escient, toujours dans un but précis.

Du haut de mes quasi 30 ans et malgré le public a priori cible, tout m’a plu dans ce roman mais j’en retiens surtout un style plein d’humour et d’émotions. Je crois que je n’avais pas encore lu 30 pages que j’avais déjà ri aux éclats et eu les larmes aux yeux. Les petites Reines c’est étonnant, c’est moderne, c’est vivant, c’est frais… c’est juste parfait !


 

3 pensées sur “Les petites Reines de Clémentine BEAUVAIS

  • 31 août 2017 à 6 h 42 min
    Permalink

    Un livre qui prends le contre-pied de tout les livres où les héros sont des héroïne au corps de mannequin. Et sans mièvrerie apparemment? *Anne*

    Répondre
  • Ping : What's up ? (2017 - 6) - BAZAR DE LA LITTERATURE

  • 26 août 2017 à 18 h 16 min
    Permalink

    Super chronique, tu me donnes vraiment envie de lire ce roman. J’en ai déjà entendu pas mal parlé sur la blogo et je crois que je vais franchir la pas la semaine prochaine ! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

99032b00af974f932e02f75a6b38ca2c:::::::::::::::::::::::::