Mademoiselle Blanche de Rose Marie-Noële GRESSIER

Mademoiselle Blanche
de Rose Marie-Noële GRESSIER

Samir Editeur,
2016, p. 136

Première Publication : 2016


Pour l’acheter : Mademoiselle Blanche


Après de longues et très sérieuses études en Fac de Lettres, Marie-Noële décide de réaliser son rêve de gamine et de se lancer dans l’écriture en prenant le pseudonyme de Rose Marie-Noële Gressier, le prénom de Rose étant beaucoup plus poétique et en adéquation avec son goût pour le dix-neuvième et le début du vingtième siècle. Elle débute dans le monde de l’édition en publiant des articles consacrés à la littérature de jeunesse et, dans la foulée, devient correctrice. Puis, elle se décide enfin à écrire les histoires qu’elle a en tête et à les soumettre à des éditeurs. C’est là qu’elle reçoit ses premiers contrats d’auteure. Éclectique, Rose Marie-Noële aime écrire pour les enfants, mais pas seulement… Rose Marie-Noële Gressier est l’auteure de l’album 5 oiseaux dans le nid (La Marmite à Mots), sélectionné pour le Prix Graines de Lecteurs 2017 dans la catégorie 0-3 ans.


♣ ♣ ♣


Entre le long trajet en voiture, puis le déballage et le rangement de nos effets personnels, cette première journée de vacances s’était révélée épuisante. Ainsi, lorsque je regagnai enfin ma chambre, je n’eus aucun mal à trouver le sommeil. Pourtant ce repos à priori bien mérité fut de bien courte durée…
En effet, je fus brusquement réveillée par des coups sourds et répétés. On aurait dit que quelqu’un cognait à ma porte…
Intriguée, je me redressai sur mon lit et j’allumai ma lampe de chevet : il était trois heures du matin.
Qui donc pouvait taper à ma porte à pareille heure ?
J’avais dû rêver. On n’entendait plus rien. Rassurée, j’éteignis, bien décidée à dormir jusqu’à neuf heures, quand tout à coup les bruits reprirent, bientôt suivis de plaintes et de pleurs…


Maison d’édition libanaise basée à Beyrouth, Samir Editeur est spécialisée dans la littérature jeunesse et les manuels scolaires. Mademoiselle Blanche est un petit roman destiné aux 8-10 ans, à mon avis. Plus court et plus simple que Le Manoir de Evelyne Brisou-Pellen, il surfe un petit peu sur le même sujet, bien que le traitement des personnages et le fil directeur soit finalement assez différents.
Bref mais plutôt efficace, voilà un récit qui fera frissonner les plus jeunes lecteurs et leur proposera une première incursion dans la littérature fantastique !

Lilou 12 ans, arrive dans un vieil hôtel du sud de la France pour y passer ses vacances estivales avec ses parents. Petite fille solitaire, c’est aussi une grande lectrice, surtout des classiques du fantastique ; alors, quand elle commence à avoir des hallucinations nocturnes, ses parents (son père surtout) sont persuadés qu’il s’agit de cauchemars dus à son imagination bien trop fertile.
Parce que dès son arrivée, Lilou entend des pleurs et des cris pendant son sommeil ; les bruits semblent venir de la chambre d’à côté. Dans celle-ci séjournent sa nouvelle amie Blanche et sa famille, alors notre petite héroïne commence à se poser quelques questions et surtout à s’inquiéter pour la petite fille.

Rose Marie-Noële GRESSIER, portrait trouvé sur le site de Samir Editeur.

Blanche est une enfant qui semble elle aussi solitaire. Elle apparaît pour la première fois assez soudainement dans le champ de vision de Lilou mais petit à petit, le dialogue va se mettre en place et les deux enfants vont apprendre à se connaître. C’est ainsi que l’on découvre que la petite fille en blanc séjourne à l’hôtel avec sa famille et c’est aussi lors de ces conversations que l’on se rend compte que l’enfant semble venir d’un autre temps (sa tenue, sa façon de parler…).
Evidemment, le lecteur le comprend bien plus vite que la jeune narratrice, Blanche est un fantôme que seule Lilou peut voir. Mais que s’est-il passé dans la chambre d’hôtel pour que la petite fille et sa famille la hantent depuis les années 20 ? ça, je vous laisse le découvrir… L’intrigue reste somme toute assez classique et les chapitres sont parfois un peu répétitifs, mais l’ambiance se met en place et quelques scènes (nocturnes) font vraiment froid dans le dos.
Lilou nous raconte ce souvenir de vacances à la première personne du singulier alors évidemment, ça fonctionne ! Le point de vue interne, c’est plus simple d’accès ou en tout cas plus immersif. Ajoutez à cela un bon rythme et une bonne dynamique et vous voilà en présence d’un texte très abordable pour les enfants.

Cette rencontre avec un fantôme des années 20 entraîne un petit côté suranné qui n’est pas désagréable et qui contraste avec le personnage de Lilou. L’occasion pour les plus jeunes lecteurs de faire quelques pas dans une période assez ancienne, durant laquelle l’éducation était différente, les liens parentaux également, sans parler des tenues et du langage utilisé !
Si cet aspect-là m’a convaincue, j’ai en revanche été un peu plus sceptique lorsque Lilou s’adresse à ses parents. Les dialogues m’ont alors paru très artificiels et sonnant donc particulièrement faux. Le père apparaît alors comme un homme assez peu sympathique voire carrément soupe-au-lait tandis que la mère reste très effacée, à la limite de la soumission. Et leur rejet de la littérature (fantastique notamment) m’a dérangée.
Bien sûr, il s’agit de littérature clairement dédiée aux plus jeunes lecteurs donc les personnalités des personnages et les relations qu’ils entretiennent entre eux ne peuvent être développées (brièveté du texte oblige) mais ça n’empêche pas plus de subtilités et donc de vraisemblance, à mon avis.

A noter les nombreuses illustrations en noir et blanc et en pleine page (signées Sophie de La Villefromoit) qui habillent le texte et ne sont pas sans rappeler les visages et expressions d’un Benjamin Lacombe… il faut aimer le style, personnellement je suis fan.

Peut-être pas le texte le plus intéressant littérairement pour les jeunes lecteurs mais qui présente une intrigue qui fonctionne et qui séduira un large public, à mon avis. L’objet est qui plus est très soigné visuellement, alors si vous avez des petits de 8-10 ans dans votre entourage, pourquoi pas ?


Merci à Samir Editeur pour la découverte !



 

1 thought on “Mademoiselle Blanche de Rose Marie-Noële GRESSIER”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *