Les Recueils d’Occultes Racines, Tome 1 : Le Livre d’Hélène de SARIGAN


Les Recueils d’Occultes Racines,

Tome 1 : Le Livre d’Hélène
de SARIGAN

 

Editions Mille cent quinze,
2016, p. 216

Première publication : 2016

 

Pour l’acheter : chez l’éditeur !

 

Né en 1980, Sarigan est un auteur passionné, féru d’Arts et de Sciences. Son style mêle naturalisme et fantastique avec légèreté, un pied toujours dans la réalité, l’autre dans un imaginaire débordant. Les Recueils d’Occultes Racines est son premier roman aux Éditions Mille Cent Quinze. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.sarigan.fr !

 

♣ ♣ ♣

 

De l’Amazonie à Paris, en passant par un étrange lieu perdu sur les cartes, vivez l’aventure et remontez jusqu’aux origines de la Magie, là où tout a commencé. Mais attention, ne prenez pas exemple sur la jeune Hélène… n’en oubliez pas de dormir !


Les Recueils d’Occultes Racines est le premier ouvrage publié par les éditions Mille cent quinze, nouvelle petite structure lyonnaise. Toujours partante pour découvrir et promouvoir les « petits », j’étais ravie qu’on me contacte en ce sens.
Voilà un petit livre de poche qui ne paye pas de mine mais qui se révèle finalement bien plus complexe que l’on aurait pu le penser. Et même si l’héroïne principale est toute jeune – une enfant – je ne classerais pas ce titre en jeunesse. Il ne me reste plus qu’à attendre la suite pour recevoir quelques réponses à mes questions, je l’espère.

Les surprises commencent dès le premier chapitre. Le lecteur se retrouve en effet catapulté en Amérique du Sud, en Amazonie exactement, au sein d’une tribu assez reculée et totalement pacifique. Lorsque des hommes blancs arrivent et tentent de créer un lien, les membres du clan offrent leur confiance et font la démonstration des pouvoirs miraculeux d’une fleur étrange baptisée « la plante grenouille ». Evidemment, les blancs saccagent les environs et s’emparent du bien précieux.
J’ai trouvé cette entrée en matière extrêmement bien construite, bien écrite et absolument passionnante. J’ai été happée dès les premières lignes, je me sentais concernée et investie par l’histoire de cette tribu et de sa plante magique. J’avais hâte d’en savoir plus. Sarigan avait réussi sa mission, j’étais ferrée.

SARIGAN, portrait trouvé sur son site.

Les chapitres suivants se déroulent en France, auprès notamment d’une toute jeune fille baptisée Hélène qui vit la plus grande partie de son temps dans une toute petite pièce (un placard !) de l’orphelinat dans lequel elle s’est retrouvée après la disparition de sa mère, tombée dans un coma très profond. La petite est étrange, jugée très laide à cause des cernes qui lui mangent les joues. Il faut dire que, traumatisée par le coma de sa mère et la maladie qu’il révèle (le syndrome de la Belle au bois dormant), la petite refuse et s’empêche donc de dormir.
En parallèle de l’histoire étrange de la non moins étrange jeune Hélène, Sarigan nous propose des chapitres consacrés aux recherches pas franchement très nettes d’une société pharmaceutique. On y fait la connaissance de chercheuses ennemies qui semblent être en désaccord notamment sur l’éthique scientifique mais également au sujet d’un homme puissant. Enfin, vous pouvez ajouter à tout cela un voyage dans un monde parallèle complètement à part où les malades incurables semblent retrouver la santé en quelques jours.

Quel rapport entre la plante trouvée dans la forêt Amazonienne, les recherches pharmaceutiques, l’histoire d’Hélène et de sa maladie et surtout l’apparition d’un autre monde « féerique » ? C’est la question que le lecteur se pose et qui demeure au terme de ce premier tome. Le mystère est assez passionnant, la lecture se veut donc assez addictive mais je trouve, et ce n’est que mon humble avis, qu’il manque tout de même quelques liens entre chaque intrigue et entre chaque élément ; j’aurais aimé quelques éclaircissements supplémentaires en refermant ce premier opus. Bien sûr, le lecteur est ferré et a envie de lire la suite – donc c’est bien joué ! – mais ça aurait quand même été pas mal de lâcher une ou deux informations supplémentaires.
Ou alors je n’ai pas su assembler correctement les pièces du puzzle, ce qui est aussi envisageable. Mais il faut dire que la construction narrative, non linéaire, est assez dense et donc complexe. C’est pourquoi, à mon avis, cette histoire ne peux être classée en littérature jeunesse, malgré l’âge de son héroïne principale.

La plume de Sarigan vient également appuyer la maturité du fond. Là encore, le style ne peut pas être rangé dans la catégorie jeunesse je pense, ou alors en 15 ans et plus. Difficilement avant, à mon avis.
Les descriptions sont travaillées et agréables à parcourir, les dialogues plutôt pertinents, utiles et non artificiels. C’est une excellente surprise !

Difficile de classer ces Recueils d’Occultes Racines. Vous y trouverez une jeune héroïne solitaire car ayant déjà vécu des événements traumatisants, des complots pharmaceutiques au sujet d’une plante miraculeuse et même un pays hors des frontières terrestres que j’identifie, pour ma part, à la Faërie. Beaucoup d’éléments intéressants, des mystères, les pièces d’un puzzle à rassembler…
Je regrette juste que l’auteur n’ait pas été un poil plus généreux dans ses révélations. Bien sûr le suspens c’est super, mais c’est bien de recevoir quelques informations au compte-gouttes pour que le lecteur ait l’impression d’avancer un tout petit peu dans la résolution du mystère. J’imagine que des réponses arriveront dans le tome 2, que je lirai, assurément !

 

Merci aux éditions Mille cent quinze et à Sarigan pour cette découverte !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cfd0dd3ecdde4f8c72570c13b6d9b2e9oooooooooooooooooooooooo