L’Île au trésor de Robert Louis STEVENSON

l'ile au trésor stevenson flammarion gf
L’Ile au trésor

de Robert Louis STEVENSON
Editions Flammarion,
1990, p. 348

 

Première Publication (vo) : 1881

Pour l’acheter :L’île au trésor

 

Robert Louis Stevenson, né le à Édimbourg et mort le à Vailima (Samoa), est un écrivain écossais et un grand voyageur, célèbre pour son roman L’Île au trésor (1883), pour sa nouvelle L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) et pour son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879).
Stevenson est parfois considéré comme un auteur de romans d’aventure ou de récits fantastiques pour adolescents, mais son œuvre a une tout autre dimension : il a d’ailleurs été salué avec enthousiasme par les plus grands de ses contemporains et de ses successeurs. Ses nouvelles et romans manifestent en effet une profonde intelligence de la narration, de ses moyens et de ses effets. Il exploite tous les ressorts du récit comme la multiplication des narrateurs et des points de vue, et pratique en même temps une écriture très visuelle, propice aux scènes particulièrement frappantes. (Wikipedia)

 

 

Le jeune Jim Hawkins est le fils du gérant de l’auberge « L’Amiral-Benbow ». Un jour, un vieux loup de mer nommé Billy Bones débarque à l’auberge et s’y installe. Jim est tout à la fois fasciné et terrifié par ce marin colérique, violent et ivrogne, d’autant qu’une obscure menace semble planer sur ce dernier.
La menace se précise lorsque Pew, un pirateaveugle, donne à Billy Bones « la marque noire », annonciatrice de mort dans le monde des pirates. Alors que les heures de Billy Bones sont comptées, il meurt, foudroyé par une crise d’apoplexie, tandis qu’au même moment, le père de Jim meurt d’une grave maladie (la phtisie). Ce dernier était soigné par le docteur Livesey.
Ils partent dans le village voisin pour ramener du monde, pour les aider contre la bande de Flint qui n’allait pas tarder… Mais personne ne vient.
Jim et sa mère fouillent le corps de Billy Bones et découvrent la clé du coffre que le pirate gardait jalousement cachée dans sa chambre…


Après le premier tome des Pluies de Vincent Villeminot, j’avais envie de continuer le voyage sur l’eau, sur des îles, avec des pirates et des requins. C’est donc tout naturellement que je me suis plongée dans le célèbre classique L’Ile au trésor, terminant par la même occasion le quatrième épisode de mon challenge Wild PAL.
Ecrit par l’écossais Robert Louis Stevenson entre 1881 et 1883, ce roman d’aventures se veut essentiellement à destination de la jeunesse. Aujourd’hui, en 2016, je ne suis pas sûre que les adolescents de 12/13 ans y trouvent leur compte ; je suis pour ma part heureuse d’avoir attendu quelques années – et donc un peu plus de maturité – pour le découvrir.
Malgré une petite baisse de régime au cours de la lecture, l’aventure a tout de même su me divertir la majeure partie du temps et m’a surtout permis de prendre un grand bol d’air marin.

Un vieux pirate sur le déclin baptisé Billy Bones s’installe dans l’auberge appartenant à la famille de Jim. Un peu trop porté sur le rhum, le brigand meurt soudainement, laissant derrière lui une grosse malle dans laquelle le jeune garçon et sa mère trouvent une carte au trésor.

Portrait de Robert Louis STEVENSON, trouvé sur Quizrama.
Portrait de Robert Louis STEVENSON, trouvé sur Quizrama.

Celle-ci intéresse grandement le Docteur du village et le Chevalier (un noble du coin) qui décident d’affréter un navire pour partir à la recherche du fameux trésor caché par le pirate. Ils embarquent auprès d’un capitaine assez stricte mais qui paraît être quelqu’un de confiance et surtout auprès d’une dizaine d’hommes louches qui semblent obéir au cuisinier, Long John Silver. Une mutinerie se prépare, le lecteur le comprend vite, grâce aux oreilles indiscrètes de notre jeune héros.
Perdus en mer, moins nombreux que leurs ennemis, Jim, le Docteur, le Chevalier, le Capitaine et une poignée d’hommes fiables tentent de redresser la barre et de protéger leurs arrières… mais c’est sans compter sur ce qu’ils vont trouver sur la fameuse île au trésor !

Le lecteur suit principalement l’intrigue du point de vue du jeune Jim Hawkins. Héros narrateur à l’âge indéterminé (je lui donnerais, pour ma part, entre 10 et 12 ans), c’est un enfant assez mature, vif et rusé. Son jeune âge rend son récit assez imagé et dynamique. Il s’attache à l’essentiel, sa narration est donc, la plupart du temps, haletante et passionnante. Les quelques dizaines de pages présentant l’arrivée de Billy Bones et tout le mystère l’entourant m’ont fait très forte impression !
Au contraire, le lecteur a affaire à la narration d’un adulte (le Docteur du village) au cœur de l’aventure et j’ai senti une réelle différence. Là où Jim offrait un récit rythmé, cette deuxième voix narrative alourdit malheureusement la lecture. Beaucoup plus (trop) sérieuse, cette partie du récit m’a ennuyée. Je n’y ai trouvé que peu d’intérêt et j’avais hâte que le jeune héros revienne.

L’intrigue est somme toute assez classique mais fonctionne et pourra sans doute faire rêver plus d’un aventurier en herbe… bien que, les jeunes lecteurs de 2016 ne soient pas les mêmes que les (pré-)adolescents de la fin du XIXe siècle. Personnellement, je me félicite d’avoir attendu la veille de mes 29 ans pour tenter la lecture, je ne suis pas sûre que j’y aurais pris autant de plaisir à 12 ans.
Les plus jeunes lecteurs auront peut-être quelques difficultés à entrer pleinement dans le récit et à vivre l’aventure intensément car si le vocabulaire n’est pas forcément très compliqué (on trouve tout de même quelques termes précis liés à la mer et à la piraterie), les tournures de phrases sont différentes. N’oublions pas que ce roman a initialement été rédigé en 1881, le style n’est donc plus le même aujourd’hui. En comparaison, et malgré son caractère résolument plus “adulte”, j’ai trouvé la plume de Dostoïevski (puisque j’ai dernièrement lu Crime et châtiment, lui aussi écrit au XIXe siècle) plus fluide.

Un classique destiné aux jeunes lecteurs du XIXe siècle qui séduira peut-être davantage les adultes aujourd’hui mais aussi tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui ont, quelque part cachée en eux, une âme d’aventurier… ou de pirate ?

 

Wild PAL Episode 4 miniature   challenge ma PAL de l'été romans miniature

challenge XIXe

 

1 commentaire sur “L’Île au trésor de Robert Louis STEVENSON”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *