Les Tribulations d’une gothique amoureuse de Cécile GUILLOT

les tribulations d'une gothique amoureuse cécile guillot edb
Les Tribulations d’une gothique amoureuse

de Cécile GUILLOT
EDB,
2015, p. 203


Première Publication : 2015

Pour l’acheter : sur la boutique d’EDB !



Cécile Guillot, née en 1982, est une lectrice assidue depuis sa plus tendre enfance, mais elle ne prend la plume que sur le tard, en 2009, et un peu par hasard. Les retours positifs l’incitent alors à continuer… Diplômée en psychologie et psychanalyse et passionnée de fantastique, elle aime à tisser des petites histoires où se mêlent folie et surnaturel, mais ne dédaigne pas quelques incursions du côté du merveilleux. Elle a créé le collectif d’auteur Les enfants de Walpurgis puis les Editions du Chat Noir et quand elle n’écrit pas, s’arme de sa tablette graphique pour mettre en images les univers sombres ou parfois plus féeriques qui l’habitent ou pour réaliser des couvertures de romans.

Fille d’Hécate : Tome 1, Tome 2 et Tome 3 
Quintessence hiémale 


♣ ♣ ♣


Lily est amoureuse de Vince, mais pas seulement… Elle aime aussi…
La vie.
La musique.
Son travail.
Ses corsets.
Les cupcakes.
Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… elle décide de vivre ses rêves au lieu de rêver sa vie…


Pas du tout friande de la littérature baptisée « chick-lit », c’est bien parce que l’auteure est Cécile Guillot que j’ai été curieuse de me lancer dans ces Tribulations d’une gothique amoureuse. Je savais que si quelqu’un pouvait me faire changer d’avis sur le genre, c’était bien elle car j’ai toute confiance en sa sensibilité et son imaginaire.
Je ne suis pas sûre d’être jamais une grande fan de chick-lit, mais pour une fois, j’ai apprécié ce que j’ai lu et surtout, j’ai trouvé l’héroïne attachante et émouvante ! Ce n’était pas gagné et pourtant, ça a fonctionné. J’ai dévoré ces quelques 200 pages en quelques heures, heureuse de ce que je lisais. Merci et bravo à Cécile !

Ce que j’ai pu précédemment reprocher aux titres qualifiés de chick-lit, c’est leurs héroïnes, généralement pas bien futées, souvent gaffeuses, forcément seules et incapables d’être heureuses sans un bel homme à leurs côtés. Je ne me reconnais absolument pas dans cette description et ne m’identifie donc définitivement pas à ces demoiselles.
Lily, l’héroïne de ce court roman est certes célibataire et ne réagit pas toujours de façon adéquate, mais elle sait prendre sa vie en main et sait évoluer. Je l’ai trouvée attachante et elle m’a plu. Elle doit composer au quotidien avec un look incompris, supporter une direction méprisante, vivre son physique qui ne correspond pas aux canons de beauté actuels et surtout, voir celui dont elle est amoureuse aux bras d’une belle plante. Rien d’extraordinaire là-dedans car des situations dans lesquelles toutes les jeunes lectrices pourront se reconnaître. On peut facilement s’identifier à Lily et c’est plaisant. Je l’ai trouvée vraie, authentique… en un mot : crédible. Et pour moi c’est un énorme plus !
Les personnages qui l’entourent : ses amis, ses collègues, sa famille… sont eux aussi bien croqués car crédibles. On retrouve la meilleure amie qui vit une situation exceptionnelle pour laquelle Lily pourrait ressentir une pointe de jalousie (vite oubliée), les collègues eux aussi peu intégrés à l’équipe car « différents »… et les rencontres masculines plus ou moins heureuses car plus ou moins arrangées.

Cécile GUILLOT, portrait trouvé sur le site des Halliennales.
Cécile GUILLOT, portrait trouvé sur le site des Halliennales.

L’Amour, c’est un peu le thème de ces Tribulations mais encore une fois, j’ai trouvé que c’était plutôt crédible. L’intrigue tient la route, les relations qu’entretient Lily sont bien menées et on y croit. J’ai beaucoup aimé tous ses questionnements au sujet de ses désirs, de ses attentes… Pour le coup, je me suis reconnue en elle à certains passages. J’avais besoin de lire ce genre de choses au moment de ma lecture, alors j’ai bien accroché et ça a eu l’effet d’un baume apaisant.
Evidemment, on se doute du dénouement. C’est toujours le cas dans ces romances (contemporaines). Malgré tout, on les lit pour le cheminement jusque là et j’ai été surprise par la tournure des événements. Je me doutais bien que notre Lily ne repartirait pas seule, mais je n’avais pas deviné qui serait à son bras au moment de l’apparition du mot « FIN ». Une belle surprise donc… et ça fonctionne !

C’est l’héroïne qui nous raconte son histoire à la première personne du singulier. En jeune femme bien ancrée dans son époque, elle utilise un langage familier mais Cécile Guillot ne part pas non plus dans la vulgarité. Et j’ai apprécié.
Encore une fois c’est un bon point pour moi parce qu’on peut se reconnaître dans certaines expressions, dans le vocabulaire utilisé qui est proche de celui qu’on emploie tous les jours… mais ce n’est pas non plus bourré de familiarités insupportables à lire. L’auteure a trouvé un bon compromis entre une trop grande oralité et un style trop pompeux qui n’aurait pas été pertinent dans un roman au thème si contemporain.

A noter que les éditions EDB ont fait un très beau travail sur la maquette. L’ouvrage final est en effet très joli, le format (un poil plus grand qu’un poche) est agréable à prendre en main et j’ai vraiment apprécié les petits détails internes ornant les numéros de chapitres et certaines pages de gauche (en ouverture de nouveaux chapitres, justement). C’est propre, c’est pro. Bravo !

Ce n’est certes pas un titre inoubliable mais Les Tribulations d’une gothique amoureuse a su me convaincre à un instant -T, au moment où j’en avais besoin. C’est léger, percutant et fait l’effet d’un petit baume apaisant. Lily est une jeune femme attachante que l’on prend plaisir à suivre et qui mérite sa fin heureuse !





3 pensées sur “Les Tribulations d’une gothique amoureuse de Cécile GUILLOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

96c36aa86acf92c17da5191d21c73b4brrrrrrrrrrrrrrr