La Voie des Oracles, Tome 1 : Thya de Estelle FAYE

coupdecoeur

la voie des oracles 1 estelle faye scrineo
La Voie des Oracles,

Tome 1 : Thya
de Estelle FAYE
Scrineo,
2014, p. 337

 

Première Publication : 2014

Pour l’acheter : sur la boutique de l’éditeur !

 

Estelle Faye a été comédienne et metteur en scène de théâtre. Aujourd’hui, elle travaille surtout comme auteur et scénariste. À l’aise dans les mondes de l’Imaginaire et la littérature d’aventures, elle écrit aussi bien de l’anticipation, du fantastique, de la fantasy historique (Porcelaine, édité aux Moutons Électriques, Prix Elbakin.net 2013) que du Young Adult (La Dernière Lame, éditions Pré Aux Clercs). La Voie des Oracles est son quatrième roman.

 

♣ ♣ ♣

 

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.
Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.
Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.  
Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

 

C’est lors des dernières Imaginales en mai dernier que je me suis offert ce premier tome, finalement davantage convaincue par la magnifique couverture signée Aurélien Police et par les interventions d’Estelle Faye en conférences que par les chroniques positives dont j’avais pu avoir vent auparavant.
Heureuse de l’avoir dans ma bibliothèque, je ne savais malgré tout pas quand j’aurais le temps de l’en sortir ; mais vous avez décidé pour moi puisque vous avez choisi ce premier tome (entre autres) lors du deuxième épisode du challenge Wild PAL… et je ne peux que vous en remercier !
Thya a été une lecture extraordinaire et si addictive que j’en ai oublié mon quotidien… ce qui ne m’était pas arrivé depuis très très très longtemps. Alors un immense merci à Estelle Faye pour ces quelques heures de voyage dans le temps ! Il me tarde maintenant d’acheter et de lire la suite !

Ce voyage dans la Gaule du Ve siècle après Jésus Christ a été une parfaite réussite pour moi. Estelle Faye s’est documentée sur l’époque et ses us et coutumes ; résultat : on s’y croit. Décors urbains, tenues des personnages, l’auteure sait nous mettre dans l’ambiance, à commencer par l’utilisation d’un vocabulaire spécifique dans les descriptions.
N’ayez crainte, si le fond est riche d’images fortes, vous ne serez pas noyés sous un cours magistral d’archéologie antique. Et c’est là le talent d’Estelle Faye, nous apporter tout juste assez d’éléments pour constituer un récit documenté grâce auquel on apprend des choses, mais avec subtilité, sans qu’on s’en rende compte, sans utiliser un style pompeux ou ennuyeux. Les jeunes lecteurs pourront ainsi se plonger dans cette histoire sans difficultés majeures (même s’ils ne comprendront peut-être pas tous les mots) et les adultes friands d’antiquité ne seront pas lésés.
Si le voyage a si bien fonctionné pour moi c’est évidemment parce que j’ai, à la base, une certaine sensibilité pour le thème mais aussi et surtout parce que ma lecture a été accompagnée d’autres médias enrichissants. J’avais en tête les magnifiques tableaux de Lawrence Alma Tadema (j’avais justement emprunté une nouveauté le concernant à la bibliothèque où je travaille) et dans les oreilles, les albums du groupe Daemonia Nymphe (les membres – grecs – ont reconstitué quelques instruments antiques grâce aux textes et illustrations de l’époque et se sont inspirés de partitions pour recréer leur musique). C’est donc toute une ambiance, tout un cocon qui m’a entourée pendant ma découverte… elle ne pouvait qu’être réussie !

Lawrence Alma Tadema, The Roses of Heliogabalus, 1888.
Lawrence Alma Tadema, The Roses of Heliogabalus, 1888.

Outre l’aspect historique très bien mené (à mon goût, mais je ne suis pas archéologue/historienne et ne suis donc pas une spécialiste), c’est aussi et surtout l’aspect « fantastique » qui m’a séduite. Alors que le Christianisme montait en puissance dans l’empire romain et la Gaule du Ve siècle après Jésus Christ, les anciennes traditions et les dieux païens étaient interdits. Ceux qui honoraient les anciens dieux et qui possédaient ne serait-ce qu’une once de « pouvoir » étaient persécutés (la chasse aux oracles/devineresses/sorcières était lancée). Estelle Faye n’a pas oublié d’intégrer ces éléments à son histoire – bien au contraire, puisque l’héroïne est elle-même oracle – et elle a su les insérer avec brio. Le surnaturel apparaît soudainement sous la forme d’un faune, d’une ondine, d’un dieu… et le tout avec naturel.
La mythologie (et donc tout ce qui s’y rattache) faisait partie du quotidien de nos ancêtres, les visions prémonitoires et les visites de créatures non-humaines étaient normales et leur permettaient de faire des choix, d’avancer. L’auteure l’avait bien en tête au moment de la rédaction de son récit et le lecteur peut ainsi s’immerger totalement dans cette ambiance « antique » (ce que j’ai également vécu lors de ma lecture de Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski, que je ne peux que vous conseiller !).

Vous allez me dire, le contexte et l’ambiance, c’est bien beau, mais ça ne fait pas tout. Pour ma part, je me rends compte que c’est ce qui fait qu’une lecture va me marquer ou non. Bien sûr, l’intrigue et les personnages doivent eux aussi me plaire, mais un livre s’élèvera plus facilement au rang de coup de coeur s’il parvient à m’emporter de A à Z… et ça passe beaucoup par l’atmosphère générale.
Bref, rassurez-vous à nouveau, intrigue et personnages sont eux aussi très réussis. La jeune Thya va partir sur les chemins de la Gaule pour rejoindre la ville de Brog qu’elle a vue dans une vision. Très vite elle va faire la connaissance de deux (trois) personnages qui vont la guider et l’épauler au fil des épreuves. C’est une quête bourrée de rencontres, de révélations, de secrets, de rebondissements et d’actions. Les dangers sont bel et bien présents et prennent plusieurs formes, à commencer par le visage du frère aîné de l’héroïne, Aedon. On ne s’ennuie pas une seule seconde au coeur de ces pages et les dernières lignes laissent présager que tout ne fait que commencer !

Estelle Faye, portrait trouvé sur ActuSF.
Estelle Faye, portrait trouvé sur ActuSF.

Quant aux personnages, que l’on découvre à travers un point de vue omniscient, eux aussi valent le détour. Thya est évidemment la principale, celle que l’on va côtoyer en priorité. C’est une jeune fille de 16 ans déterminée, forte et réfléchie… la plupart du temps. Malgré tout, elle n’est pas sur-humaine (si on ne prend pas en compte son statut d’oracle) et fait des erreurs, comme n’importe quelle jeune personne de son âge. J’ai trouvé qu’Estelle Faye a bien dosé sa personnalité, faisant d’elle une jeune fille crédible. Elle paraît peut-être un peu trop responsable pour ses 16 années, mais 16 ans au Ve siècle n’ont a priori rien à voir avec les 16 ans de 2015. J’ai aimé la suivre dans sa quête de réponses et j’ai eu beaucoup d’empathie pour elle. Elle m’a plu, tout simplement.
Enoch, le deuxième personnage principal, est un jeune homme de quelques années son aîné. Maquilleur professionnel, il gagne sa vie en conseillant les jeunes femmes riches sur les meilleurs produits à utiliser et les plus belles perruques à porter. Son art de la dissimulation et sa débrouillardise seront bien utiles sur le chemin. J’ai aimé les doutes et l’indécision qu’il porte en lui. A moitié barbare (par sa mère qui était une prêtresse), il ne rêve que d’accéder à la citoyenneté romaine et pour cela, il serait prêt à tout… C’est un peu le bad-boy séducteur de l’époque… mais là encore, Estelle Faye sait doser et ne tombe pas dans l’accès. De ce fait, il m’a plu également et l’association des deux personnalités (Thya-Enoch) fonctionne très bien à mon avis.

J’arrête là cet avis déjà bien longuet en vous conseillant absolument la lecture de ce premier tome. J’ai tellement peu de coups de coeur dans ma vie de lectrice que lorsque j’en ai un, cela devrait suffire à convaincre tout le monde ! Lisez La Voie des Oracles et moi, je vais sans tarder me procurer le tome 2 et les autres livres d’Estelle Faye…



wild pal épisode 2 miniature


5 pensées sur “La Voie des Oracles, Tome 1 : Thya de Estelle FAYE

  • 17 novembre 2015 à 14 h 26 min
    Permalink

    Ce livre ainsi que le tome 2 ont été un coup de coeur. J’ai aimé l’univers et l’écriture de l’auteure à tel point que je me croyais là bas dans cette lointaine Gaule . J’ai hâte de découvrir la suite.

    Répondre
  • Ping : La voie des oracles, tome 1 : Thya | Le Bibliocosme

  • 15 novembre 2015 à 17 h 58 min
    Permalink

    Comme dit Julie, difficile de ne pas l’ajouter immédiatement à notre wishlist après un tel billet ! Je suis très tentée par l’aspect historique choisi, que je n’ai encore jamais trouvé dans mes lectures et par le fait que l’héroïne soit crédible. Merci pour la découverte !

    Répondre
  • 15 novembre 2015 à 16 h 52 min
    Permalink

    Après un enthousiasme débordant dans ta vidéo et un avis comme celui-ci, il va m’être très difficile de résister plus longtemps 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1a82431e18add9768a648b3610e96f70UUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU