Les Portes du secret, Tome 2 : Le Souffle d’émeraude de Maria V. SNYDER

le souffle d'émeraude les portes du secret tome 2 maria v snyder darkiss
Les Portes du Secret, Tome 2 :
Le Souffle d’émeraude
de Maria V. SNYDER
Darkiss,
2010, p. 550

Première Publication : 2006

Pour l’acheter : Les Portes du secret, T. 2

Maria V. Snyder est née et a grandi à Philadelphie, en Pennsylvanie. Elle a été à l’école privée pendant 12 ans avant d’étudier la météorologie à l’université de Penn State. Une fois sa licence en poche, elle découvrit qu’elle n’avait strictement aucun don pour la prédiction du temps. Elle trouva à s’employer pour analyser la qualité de l’air, mais le travail ne la passionnait pas réellement. C’est durant ces années là qu’elle commença à écrire. Après plusieurs nouvelles, elle signa un contrat avec Harlequin pour une trilogie à propos d’un goûteur de nourriture. Ses hobbies sont le volley-ball et le violoncelle. Elle vit actuellement avec sa famille en Pennsylvanie. Elle s’applique aussi à terminer un master d’écriture à l’université de Seton Hill.
Babelio.

Les Portes du secret, Tome 1

♣ ♣ ♣

Après des années d’exil, Elena retourne en Sitia, son pays natal, où elle a hâte de retrouver sa famille et de commencer sa formation magique auprès d’Irys, son mentor. Mais rien ne se déroule comme elle l’avait espéré : non seulement son unique frère semble lui vouer une haine farouche et incompréhensible, mais de plus, un drame terrifie toute la population sitienne : l’une après l’autre, une série d’adolescentes sont enlevées et assassinées par un magicien rebelle animé de funestes projets. L’occasion pour l’audacieuse Elena de mettre en oeuvre les pouvoirs qu’elle vient de se découvrir. Des pouvoirs très particuliers.
Confrontée aux démons de son propre passé et à de dangereux ennemis, Elena peut heureusement compter sur le soutien d’anciens amis, et de Valek, son mystérieux amant…

 

/! Spoilers sur le premier tome ! /!

Lu il y a quelques années, le premier tome – Le Poison écarlate – m’avait séduite mais n’avait malheureusement pas atteint le rang de coup de cœur comme pour beaucoup d’autres lecteurs. La suite proposée par Maria V. Snyder n’est toujours pas un sans faute mais encore une fois, j’ai passé un excellent moment à suivre les aventures d’Elena (Yelena dans la version originale).

Le Souffle d’émeraude fait directement suite au Poison écarlate puisqu’il reprend l’intrigue là où on l’avait laissée. Elena quitte son pays d’adoption dans le Nord pour éviter l’éxécution réservée à ceux détenant des pouvoirs magiques. Elle voyage vers le Sud en compagnie d’Irys la magicienne, ramenant à leur famille tous les enfants enlevés plusieurs années auparavant. En Sitia (dans le Sud), elle (re)fait la connaissance de ses adorables parents – Esau et Perle – et de Leif, son frère aîné qui la déteste. Les souvenirs de sa petite enfance reviennent petit à petit mais il faut réapprendre à s’apprivoiser mutuellement. Les retrouvailles sont malheureusement de courte durée puisqu’Elena doit rejoindre la Citadelle où elle suivra une formation magique.
Notre héroïne ne connait que peu de moments de répit puisqu’à peine en chemin en compagnie de son fère, elle se fait kidnapper par Cahil, le chef des rebelles. Difficile de trouver sa place dans ce pays où tout le monde la prend pour une espionne du Nord et comme si ce n’était pas assez difficile à gérer, un puissant magicien enlève des jeunes filles et leur fait subir des horreurs avant de les tuer… Tout au long de cette histoire, dès qu’Elena semble connaître une petite éclaircie, une nouvelle difficulté lui tombe dessus ; autant dire qu’il y a peu de temps mort, le lecteur ne s’ennuie pas une seule seconde !
J’en ai assez des titres « Young Adult » édulcorés dans lesquels les auteurs restent en surface et surtout, simplifient tout à leurs héros, comme si les lecteurs étaient trop fragiles (et trop bêtes ?) pour supporter et apprécier des histoires plus denses, plus travaillées et plus « graves ».

Alors certes, elle souffre cette jeune Elena car Maria V. Snyder lui épargne peu d’épreuves, mais la vie ce n’est pas tout rose, si ? L’héroïne en est d’autant plus touchante et j’espère vraiment qu’elle connaîtra, dans le troisième et dernier tome, sinon une fin heureuse, au moins la liberté et quelques moments de bonheur apaisants.
Ces derniers temps, état d’esprit ou choix de lectures, je m’attache assez peu aux personnages des romans que je parcoure mais Elena m’a permis de ressentir une grande empathie ; ça me manquait. C’est une héroïne émouvante. Elle a beau posséder de grands pouvoirs extraordinaires, faire preuve de grandes capacités et d’une volonté quasi sans faille, elle n’en reste pas moins terriblement humaine, soumise aux doutes et aux moments de chagrin ; elle connaît également beaucoup la solitude, sa compagne la plus fidèle. Un juste milieu qui fait d’elle une figure à laquelle on peut aisément s’attacher.

valentine_yelena_and_valek_by_may12324-d76mdylLes autres personnages sont plutôt bien croqués eux aussi. Complexes et pas manichéens, on croit à leur histoire et à leur personnalité. Plusieurs gardent une ambiguïté pendant des centaines de pages, retournent leur veste, hésitent… et surprennent. Seul Valek m’a semblé un peu trop sous-employé ici. Il a du potentiel mais il est trop en retrait et sert plus d’objet utilitaire en son temps que de véritable figure à part entière.
Globalement, Elena n’a pas de chance avec son entourage car à part ses deux parents qui la soutiennent et lui font confiance, tous les autres semblent soit la détester, soit s’en méfier. Elle ne peut faire confiance à personne (ou presque) et va devoir choisir son camp : le Royaume du Nord où elle a grandi et où vit son amant mais où elle sera exécutée si elle y retourne ou Sitia dans le Sud où elle est née et où elle peut apprendre à maîtriser ses pouvoirs mais où elle est détestée par le plus grand nombre car soupçonnée d’espionnage. Alors que faire ?

De l’action, une héroïne attachante… et une plume assez addictive. Evidemment, je me base sur la traduction (comme souvent), mais j’imagine que le texte original possède les mêmes caractéristiques. Ce que j’aime surtout chez Maria V. Snyder c’est qu’elle nous propose un deuxième tome très visuel, très imagé.
Malgré mon manque de souvenirs au sujet du Poison écarlate, je n’ai pas eu beaucoup de mal à me resituer auprès d’Elena et à voyager en même temps qu’elle dans le royaume de Sitia. J’ai imaginé avec une grande facilité les maisons dans les arbres ou encore la plaine désertique où vivent les Tisseurs d’histoires. Le décor est donc bien posé et c’est également le cas des scènes en elles-mêmes avec les interactions des personnages entre eux. Les pages se tournent vraiment très vite, on en veut toujours plus !

J’avais aimé le premier tome, je confirme la qualité de cette trilogie avec ce deuxième volet… il ne me reste plus qu’à me procurer le troisième et dernier qui j’espère, clôturera en beauté les aventures d’Elena !

Illustration : Yelena et Valek par May12324.

 

7 pensées sur “Les Portes du secret, Tome 2 : Le Souffle d’émeraude de Maria V. SNYDER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5535a63b1abec6a6293aeb1c1eea15c122