Montres enchantées de COLLECTIF

montres anchantées anthologie collectif chat noir
Montres enchantées
de COLLECTIF
Editions du Chat Noir,
2014, p. 395

Première Publication : 2014

Pour l’acheter : sur la boutique de la maison !

Marie Angel, Marie Lucie Bougon, Esther Brassac, Fabien Clavel, Sophie Dabat, Hélène Duc, Clémence Godefroy, Cécile Guillot, Claire Stassin, Geoffrey Legrand, Lucie G. Matteoldi, Pascaline Nolot, Laurent Pendarias, Marine Sivan, Marianne Stern, Vincent Tassy, Adeline Tosello

Indécis entre fuite et union, le temps est un amant insaisissable. Omniprésent, dès qu’on le regarde, il s’efface pourtant, déjà évanescent. Inlassablement, il permet croissance ou use jusqu’à l’extinction. L’être humain pourchasse depuis toujours ce dieu créateur et destructeur, en quête de son asservissement. Secondes, minutes, heures… L’esprit cartésien a beau le fractionner, il n’en demeure pas moins incontrôlable.
Et si la relecture de notre passé, de notre culture, ou encore du progrès scientifique nous en accordait la maîtrise, l’Homme saurait-il mieux gérer son temps ?
Plongez-vous sans perdre une minute dans cette anthologie et peut-être, parmi ses pages, percevrez-vous le tic-tac de ces montres enchantées.

Le Chat Noir fait partie de ces maisons d’édition que j’essaye de suivre assez assidûment (j’ai malheureusement perdu un peu le fil ces derniers mois, difficile de lire toutes ces sorties plus alléchantes les unes que les autres !).
J’attendais impatiemment la publication de ce recueil sur le thème du steampunk, séduite par le sujet et curieuse de découvrir ce que les nombreux auteurs pouvaient proposer sur celui-ci. J’ai finalement profité de la venue de certains d’entre eux au Salon du Vampire il y a quelques semaines pour me lancer enfin dans la lecture.

Gros morceau que cet ouvrage qui rassemble les textes de 17 auteurs différents. Les grands noms côtoient les novices mais aucune publication ne fait tâche, à mon avis. Toutes ont parfaitement leur place ici et chacun apporte sa pierre à l’édifice. La qualité est au rendez-vous et plusieurs auteurs m’ont surpris par la richesse de leur texte et leur maîtrise des mots malgré la difficulté de l’exercice (difficile de dire assez et bien en peu de pages).
Bien sûr, certaines nouvelles ont fait davantage mouche que d’autres, question d’intérêt et de sensibilité oblige mais aucune, je dis bien aucune ne m’a foncièrement déçue ou ennuyée. J’ai juste été moins marquée par certaines dont les intrigues et personnages me parlaient moins ; mais encore une fois, aucune n’est tombée à plat. Sur un ensemble de 17 textes, c’est plutôt rare et mérite d’être souligné !
Le passage du temps ou encore la conscience des machines, voilà deux grands thèmes que vous pourrez retrouver ici, accompagnés d’intrigues liées à la sorcellerie, aux vampires, aux malédictions et vengeances en tout genre… Le contexte oscille entre l’Angleterre victorienne et le Paris de la fin du XIXe, l’industrialisation des deux pays se prêtant tout particulièrement au sujet !

prometeus-portrait-of-a-beautiful-steampunk-woman-holding-a-gun-over-grunge-backgroundComme d’habitude lorsque je présente un recueil, je ne vous parlerai pas de toutes les nouvelles mais seulement de celles qui m’ont le plus plu et le plus marquée. J’en retiens six que je place en haut du panier et quelques autres qui, sans m’avoir chamboulée, ont tout de même retenu mon attention.

  • Ma préférée d’entre toutes est sans doute Le Toquant de Clémence Godefroy. Première publication de l’auteure (et j’espère la première d’une longue liste !), j’ai été charmée par le thème et son traitement ; j’y ai trouvé une grande sensibilité et une grande intelligence. J’ai été très touchée par les protagonistes, notamment par la relation qui unit l’étudiant à l’automate dont il doit prendre soin pour son examen d’étude. La question de la conscience de la machine est au centre du texte et c’est le sujet qui me parle le plus. Mathieu Guibé m’a appris (j’espère que je ne dévoile pas un grand secret) que cette nouvelle donnerait prochainement naissance à un roman… je serai évidemment au rendez-vous !
  • Difficile d’être objective avec When time drives you insane de Lucie G. Matteoldi puisque la demoiselle est ma meilleure amie et que je ne peux que la soutenir. Malgré tout, en faisant abstraction de l’amitié qui me lie à l’auteure, difficile de ne pas remarquer l’extrême soin apporté à la langue (certains pourront être désappointés par le style parfois un peu ampoulé avec des tournures presque poétiques… mais creusez un peu plus loin, ça vaut le coup !), la richesse de l’atmosphère et l’originalité du mythe d’Orphée et Eurydice revisité à la sauce steampunk agrémenté d’une touche d’archéologie !
  • Outre la conscience une nouvelle fois allouée aux automates de Derrière les engrenages, c’est ce qui se cache derrière la scène et la chute proposés par Marie Angel qui m’ont séduite. J’ai aimé l’univers mis en place en quelques pages à peine et j’y ai très vite été plongée, touchée par Sylvine et sa situation.
  • On repart du côté des fouilles archéologiques avec L’Agonie des aiguilles. La découverte mise à jour par les chercheurs implique un éclaircissement d’un grand évènement du passé… ce qui pourrait avoir de sérieuses répercussions sur le présent. Marine Sivan met en place une petite enquête plutôt bien construite. Le lecteur tourne aisément les pages, curieux d’avoir le fin mot de l’histoire : à quoi a pu servir cette étrange montre ?
  • Marianne Stern touche à une « légende » moderne en la personne de la Grande Duchesse Anastasia de Russie. Beaucoup se sont intéressés à sa mort mystérieuse et ont été séduits par la possibilité qu’elle ait pu s’enfuir. L’auteure reprend cette idée en la revisitant façon steampunk. Raspoutine et mécanisme d’horloges seront intimement liés dans Da Svidaniya Rossiia !
  • Enfin, mention spéciale à la toute dernière nouvelle du recueil, Malvina Moonlore de Vincent Tassy qui met en scène une poupée mécanique (basée sur des horloges) qui a une influence particulièrement néfaste sur son nouveau propriétaire. J’ai apprécié l’ambiance de ce texte, presque inquiétant et malsain, recelant une certaine tendresse malgré tout. J’ai donc tourné la dernière page de ce gros recueil sur une impression plus que positive !

Après ces six textes qui ont eu une résonance en moi, d’autres m’ont intriguée et ont su me charmer sans pour autant me séduire d’un bout à l’autre. Il manque un petit truc pour que ça le fasse complètement.
C’est le cas de Comment meurent les fantômes de Sophie Dabat dont j’ai aimé la mélancolie et la poésie ; de Tourbillon aux Trois Ponts d’or de Fabien Clavel qui met en scène une enquête en huis-clos à la manière d’un Gaston Leroux (cf Le Mystère de la chambre jaune) ou encore de The Pink Tea Time Club de Cécile Guillot qui m’a largement fait sourire avec son ton décalé proche du Protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger.
Je pourrais citer chacun des 17 textes du recueil et trouver à chacun originalité et /ou maîtrise de la narration mais je préfère vous inviter à y glisser vous-même votre nez. Ne lisez peut-être pas tout d’une traite, prenez votre temps et savourez à petite dose pour éviter l’overdose de steampunk (bien que ces 400 pages ne m’aient aucunement lassée !).

Fiez-vous à la belle illustration de couverture signée Catherine Nodet, le contenu est aussi bon que l’écrin dans lequel il repose !

 

Image : trouvée sur Google, témoigne assez bien de ce qu’on imagine quand on pense « steampunk » (cf les illustrations de couverture de la série les Foulards rouges de Cécile Duquenne).

7 pensées sur “Montres enchantées de COLLECTIF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

938a5e8c75d81bdb1243eee27220865dppppppppppppppppppppppppppp