Le Roman du Café de Pascal MARMET

roman du café pascal marmet éditions du rocher
Le Roman du Café
de Pascal MARMET
Editions du Rocher (Vladimir Fédorovski),
2014, p. 234

Première Publication : 2014

Pour l’acheter : Le Roman du café

Pascal Marmet a dirigé une entreprise pendant de nombreuses années. Aujourd’hui il se consacre entièrement à l’écriture et parallèlement il continue chaque mois à organiser des soirées littéraires avec des invités de marque.

 Le Roman du Parfum  A la folie 

♣ ♣ ♣

Café, qui es-tu ? Drogue, business, médicament, plaisir, carburant, poison ou un ami qui nous veut du bien ?
Dans les coulisses des légendes illustrant le grain sombre, au coeur d’un colossal commerce voué à l’écologie pour durer, ce récit romanesque se déguste à travers l’amitié d’un jeune aveugle passionné de cafés et de son extravagante amie d’enfance.
Du Brésil au Costa Rica, du Vietnam à la Cote d’Ivoire, rien n’échappe aux regards croisés d’un torrefacteur éco-responsable et d’une pimpante journaliste.
L’essor de cet or brun est une véritable épopée gorgée de rebondissements, de faits d’armes parfois, plus souvent de passions partagées pour le divin breuvage, une histoire liée à l’esclavage, et tout simplement, à l’humanité.
Après la lecture de ces pages qui n’épargnent ni les consommateurs, ni les industriels, vous serez peut être enclin à changer radicalement vos habitudes de café.

L’année dernière, je découvrais et appréciais Le Roman du parfum du même auteur. Conquise par le concept, c’est avec impatience que je me suis plongée dans ce nouveau texte mettant cette fois en scène le café. Je ne suis pas une très grosse consommatrice (même si je tourne généralement à deux tasses par jour) et ne suis absolument pas connaisseuse mais, justement, le sujet m’intéressait. Je me doutais que j’allais apprendre plein de choses et que je ne verrai plus jamais ma tasse de café quotidienne de la même façon.
Malgré tout, malgré le côté enrichissant de ce court roman, je ne peux m’empêcher d’être un poil déçue par l’intrigue et sa construction. J’ai, en effet, trouvé l’ensemble beaucoup plus brouillon et moins abouti que Le Roman du parfum. La lecture reste agréable et intéressante mais si vous voulez découvrir Pascal Marmet, je vous conseille davantage son histoire revisitée du parfum.

C’est en suivant l’aventure de Julien, jeune aveugle élevé par un grand-père torréfacteur, que le lecteur apprend à connaître le café et son histoire. Pascal Marmet amène donc parcimonieusement les informations, les faisant passer dans les répliques du héros qui tente de raconter sa passion à Johanna sa meilleure amie. Tous deux partis sur la route du café en Amérique du Sud, le lecteur a alors l’occasion de découvrir les coulisses de la production et les nombreux trafics existant malheureusement.
Julien et Johanna sont deux figures assez charismatiques et plutôt bien croquées. On a plaisir à les suivre dans leurs excursions, aussi bien parisiennes que celles plus exotiques. Mais, je dois avouer que si je les ai suivis sans déplaisir, je ne me suis pas non plus vraiment attachée à eux. L’aventure courant sur moins de 200 pages (si l’on ne compte pas les annexes) aurait peut-être méritée d’être un peu plus développée ? Notamment en ce qui concerne les liens unissant les personnages entre eux (je pense à Julien et à son grand-père acariâtre, par exemple).

cafe-ChineLa brièveté de ce titre est également accentuée par le flot continu de détails historiques, géographiques, scientifiques concernant le café. C’est dense, riche d’informations passionnantes. Malheureusement, si l’auteur avait vraiment bien joué dans son Roman du Parfum, insérant très naturellement et de façon très fluide son travail de recherche, j’ai trouvé qu’ici, les passages de « cours » étaient plus artificiels et faisaient justement… plus cours magistraux. La lecture m’a donc semblé plus lourde, moins efficace.
Cependant, je reconnais bien volontiers le travail de recherche qui se cache derrière tout ça et je félicite l’auteur pour son entreprise. Le petit plus se cachant dans les dernières pages, à travers quelques annexes récapitulatives qui serviront certainement à bon nombre d’entre nous.

Certains passages m’ont donc paru brouillons. Pour le reste, je salue le talent descriptif de Pascal Marmet qui, grâce à ses choix a su m’embarquer dans la plupart des scènes. Couleurs, odeurs et bruits étaient au rendez-vous, autour d’une tasse de café dans un lieu dédié de la capitale ou dans la moiteur brésilienne. Le voyage a donc fonctionné et j’en suis ravie.

J’ai appris beaucoup de choses grâce à cette lecture et j’ai dorénavant envie de faire plus attention aux détails lorsque je prépare ma ration quotidienne de caféine (ou même lorsque je vais l’acheter en magasin). Je meurs également d’envie de visiter toutes les boutiques parisiennes spécialisées citées dans la première partie du roman. Finalement, si je n’ai pas été totalement séduite (l’insertion des paragraphes explicatifs m’a parfois semblé artificielle occasionnant donc quelques lourdeurs-longueurs), ce Roman du café m’a beaucoup apporté et a su m’offrir une nouvelle vision d’un produit que je fréquente au quotidien. Merci !

Merci à Pascal Marmet pour sa confiance renouvelée !

 

5 commentaires sur “Le Roman du Café de Pascal MARMET”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *