Sortilège de Alex FLINN

sortilège alex flinn
Sortilège

de Alex FLINN
Hachette (Black Moon),
2009, p. 331

Première Publication : 2007

Pour l’acheter : Sortilège

Alex Flinn, née le 23 octobre 1966 à Glen Cove près de New York, est une écrivaine de romans d’aventures et fantastiques.

Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j’étais le type parfait : grand, beau, riche et… atrocement méchant. Je n’aimais que moi et c’est pour cela qu’un sort m’a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d’une jeune fille, sinon… Ceci n’est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd’hui, en plein coeur de New York. J’espère que quelqu’un va venir à mon secours.

Lorsque j’ai trouvé Sortilège chez un bouquiniste, je n’espérais pas grand-chose de lui. Je l’ai acheté pour son bas prix et pour la référence à La Belle et la Bête ; mais j’étais intimement persuadée que ça ne serait pas très fameux. La semaine dernière, immobile devant ma montagne de livres à lire, je ne savais absolument pas quoi choisir… heureusement, quelques lectrices de la page Facebook ont choisi pour moi ! C’est ainsi que, plusieurs longs mois après son achat, Sortilège est enfin sorti de ma bibliothèque et, à mon plus grand étonnement, je l’ai dévoré !
La réécriture moderne du conte est plus intelligente et mieux menée que j’aurais pu l’imaginer et le narrateur principal est agréable à suivre… peut-être pas la lecture du siècle mais, dévorée au bon moment c’est une réussite pour moi ! Il me reste dorénavant l’adaptation à découvrir… idéale pour les vacances de Noël !

Kyle, 17 ans, est riche et beau. C’est le prince du lycée huppé qu’il fréquente. Kyle s’aime beaucoup et prête attention qu’aux gens et aux choses qu’il trouve agréables à regarder. Fils unique vivant seul avec un père démissionnaire présentateur de télé, l’adolescent obtient tout ce qu’il veut en un claquement de doigt. Lorsqu’une jeune « gothique » au physique et au style disgracieux, apparaît dans un de ses cours, il fait le projet de la ridiculiser au bal de fin d’année en lui faisant croire qu’il sera son cavalier.
Manque de chance, la jeune fille mystérieuse n’est pas une adolescente ordinaire et pour le punir, elle lui jette une malédiction : transformé en bête, Kyle aura deux ans pour aimer et se faire aimer d’une jeune fille qui lui offrira un baiser sincère pour preuve. Définitivement délaissé par un père horrifié du nouveau physique de son fils, notre héros va se replier sur lui-même, seulement entouré d’une vieille domestique et d’un « répétiteur » (un précepteur) aveugle. L’avenir semble peu propice à l’apparition d’une belle histoire d’amour…

alex flinnLa Belle et la Bête est un des contes et un des dessins-animés Disney que je préfère, notamment car j’apprécie beaucoup la personnalité de l’héroïne féminine. J’avais très peur que cette histoire soit dénaturée et ridicule transposée au XXIe siècle… eh bien pas du tout ! Et à mon avis, ce qui fait la réussit de Sortilège c’est Kyle, le héros. Ici, le lecteur a tout loisir d’apprendre à le connaître et à l’apprécier puisque c’est lui le narrateur, du début à la fin. J’ai trouvé son évolution remarquable, très émouvante et particulièrement crédible. Le jeune premier imbuvable laisse la place à un jeune homme plus posé et réfléchi qui sait dorénavant voir la vraie beauté derrière les apparences.
Ses réflexions et moments d’introspection sont intéressants à suivre et il parvient facilement à toucher les lecteurs. J’ai beaucoup apprécié la description (et à nouveau l’évolution) des relations qu’il entretient avec son entourage : avec son père absent, avec la domestique pas si acariâtre, avec son « professeur particulier » qui devient un ami et confident et évidemment avec Lindy. Si l’on connait le dénouement de la romance dès les premières pages, on ne regrette pourtant pas de la suivre du début à la fin et on pousse un soupir de soulagement lorsque tout est bien qui finit bien.

Outre le point de vue interne offert à la « Bête », j’ai également apprécié tout le travail effectué autour de la transposition/modernisation du conte au XXIe siècle, à New York. J’ai aimé découvrir les éléments traditionnels dans un contexte différent et je félicite Alex Flinn pour ses idées. La rose et le miroir magique sont ainsi « naturellement » replacés dans l’intrigue, de même que quelques éléments narratifs tels que l’emprisonnement de la « Belle » pour sauver son père.
Je souligne aussi l’insertion de passages dignes d’un roman ancré dans notre XXIe siècle avec quelques extraits de conversations sur un forum destiné aux « malédictions ». Notre héros intervient sur celui-ci (en début ou fin de chaque partie du livre) pour expliquer « son cas ». C’est ainsi que l’auteure glisse de brillantes allusions à d’autres contes de fées plus ou moins célèbres (La Petite sirène par exemple), ce que j’ai trouvé à la fois amusant et très intelligent. On en conclut que Kyle n’est pas le seul à subir une malédiction au XXIe siècle et que d’autres sorcières se baladent librement sur notre planète.

Je pensais avoir affaire à une énième romance un peu niaise pour adolescentes, le tout sur fond de La Belle et la Bête et j’ai découvert un roman plutôt prenant, bien mené et pas si bébête que ça. Bien sûr on sent la comédie américaine derrière (un peu comme ces téléfilms où, faisant un vœu, l’héroïne change d’apparence) et je suis consciente que ce n’est pas un chef d’œuvre mais je trouve que dans le genre, c’est de plutôt bonne qualité… et ça fait du bien de se détendre et de rêver un peu parfois !

Une pensée sur “Sortilège de Alex FLINN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d8308cb1637a6dc1ec52437e46bed85eDDDDDDD