Harry Potter, Book 2 : And the Chamber of Secrets de J. K. ROWLING

harry potter 2 vo bloomsbury

coupdecoeur

Harry Potter, Book 2 :
And the Chamber of Secrets
de J. K. ROWLING
Bloomsbury,
2004, p. 366

Première Publication : 1998

Pour l’acheter : Harry Potter, Book 2

Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 67 langues ont été vendus à plus de 450 millions d’exemplaires. Elle a également utilisé le pseudonyme Robert Galbraith.
Wikipédia.

Book 1

The Dursleys were so mean that hideous that summer that all Harry Potter wanted was to get back to the Hogwarts School for Witchcraft and Wizardry. But just as he’s packing his bags, Harry receives a warning from a strange, impish creature named Dobby who says that if Harry Potter returns to Hogwarts, disaster will strike.
And strike it does. For in Harry’s second year at Hogwarts, fresh torments and horrors arise, including an outrageously stuck-up new professor, Gilderoy Lockheart, a spirit named Moaning Myrtle who haunts the girls’ bathroom, and the unwanted attentions of Ron Weasley’s younger sister, Ginny.
But each of these seem minor annoyances when the real trouble begins, and someone–or something–starts turning Hogwarts students to stone. Could it be Draco Malfoy, a more poisonous rival than ever? Could it possibly be Hagrid, whose mysterious past is finally told? Or could it be the one everyone at Hogwarts most suspects…Harry Potter himself?

J’ai découvert Harry Potter et la chambre des secrets lors de sa première publication en Folio Junior ; je devais donc avoir 12 ans. Des quatre premiers tomes (quasiment enchaînés les une à la suite des autres), c’est, il me semble, celui qui m’avait le moins emballée (mais j’avais quand même aimé… c’est Harry Potter quand même !). Ce n’est que très tardivement, aux alentours de mes 20 ans, que je me suis relancée sérieusement dans l’ensemble de la saga et dans les adaptations. Et encore une fois, bizarrement, ce deuxième volume est celui qui me ravissait le moins, aussi bien à l’écrit qu’à l’écran. Pourtant, avec du recul, je me suis rendue compte qu’il a toute son importance dans l’intrigue générale… Alors qu’en est-il aujourd’hui, cinq ans plus tard, alors que la lecture s’est pour la première fois faite en anglais ?
Eh bien figurez-vous que j’apprécie de plus en plus cette deuxième intrigue à Poudlard ! Tous les éléments sont réunis pour que le voyage soit réussi : tuteurs sans cœur, sauvetage magique, tentative de meurtre, enquête dans le château, rejet des camarades… Encore une fois, émerveillement, rire et larmes sont au rendez-vous… jamais je ne me lasserai d’Harry Potter !

Dans ce deuxième opus, notre héros et ses deux fidèles compères ont 12 ans et s’apprêtent à entamer leur deuxième année à Poudlard. J’avais oublié que la partie « avant l’école » était si importante (environ 75 pages), sans doute car elle est pas mal escamotée dans le film. J’aime par exemple beaucoup la scène de l’arrivée dans – et donc de la découverte de – la maison de la famille Weasley baptisée le Terrier. C’est l’occasion pour le lecteur de mettre des images sur un foyer magique (ustensiles de cuisine et créatures domestiques intruses sont de la partie) et c’est surtout, pour Harry, l’occasion de mettre des émotions sur le concept de famille. Car en effet, si les rouquins ne roulent pas sur l’or, ils sont plus riches que les autres familles grâce à l’amour qu’ils se portent tous. J’aime ce clan, la complicité et la tendresse qui les lient tous et je n’ai aucun mal à percevoir l’émotion que peut ressentir Harry lorsqu’il découvre tout ça !
Les lecteurs, en même temps que le jeune sorcier, font un peu plus ample connaissance avec chacun des membres : le père qui travaille au ministère de la magie (Arthur), la mère protectrice (Molly), les frères aînés absents (Bill et Charlie), le suivant un peu – beaucoup – pète-sec (Percy) et la petite sœur timide (Ginny). Pendant ces quelques scènes de bonheur simple, on retrouve également avec plaisir les jumeaux facétieux (Fred et George) et évidemment Ron, le meilleur ami fidèle ! Les chapitres au Terrier ou avec les Weasley de façon plus générale offrent un petit moment de calme avant la tempête et apportent, sans en avoir l’air, de nouveaux éléments au monde créé par J. K. Rowling : les gnomes du jardin, la Poudre de Cheminette ou encore, l’existence de l’Allée des Embrumes et notamment de la peu fréquentable boutique Barjow & Beurk (Borgin & Burkes en vo).

Gilderoy_lockhartL’aventure commence ensuite véritablement dès le jour de la rentrée, alors que le quai 9 ¾ refuse de laisser passer Harry et Ron… et les péripéties vont se multiplier au fil des mois, allant même jusqu’à faire craindre la fermeture de l’école ! Si le film peut laisser penser que tout se passe vite, on sent davantage les mois passer dans le livre et, de ce fait, je trouve la gravité de la situation davantage palpable (notamment pour ceux qui se retrouvent pétrifiés ou pour Hermione qui connait un petit aléa avec une potion bien particulière…). J’avais oublié que certains évènements s’étendaient sur des mois entiers, l’adaptation ayant tendance à raccourcir les choses… mais ce n’est qu’un détail.
Quand on connait l’histoire, on se rend compte que beaucoup d’indices sont disséminés dans le texte et que certaines choses sont évidentes… mais lors de ma toute première lecture, à 12 ans, je n’avais rien vu venir ! Peut-être que si j’avais découvert ce deuxième tome (et les autres) en étant adulte, j’aurais été beaucoup plus critique et beaucoup moins émerveillée, mais que voulez-vous… à chaque relecture je suis impressionnée par l’intelligence de l’auteure et surtout par sa maîtrise de son histoire, de ses personnages… et de son univers en général ! Tout semble penser dans le moindre détail, chaque élément a sa place et son importance dans la grande intrigue générale… j’en reste bouche bée !

Le seul bémol que je peux avancer pour ce deuxième tome c’est que, malgré tous les éléments en possession des adultes de Poudlard (les professeurs et notamment Dumbledore), ce sont quand même des enfants de 12 ans qui réunissent les pièces du puzzle et résolvent l’enquête (ils n’ont jamais pensé à interroger une certaine jeune fille geignarde à lunettes, par exemple ?). Mais soit, c’est Harry le héros et c’est un tome davantage destiné à la jeunesse alors… je pardonne bien volontiers !

Mis à part l’univers qui s’étoffe et une intrigue rythmée, J. K. Rowling nous offre également, dans La Chambre des secrets, de nouveaux personnages (ou développe certains qu’on avait seulement croisés jusque là). Je vous ai déjà cité la famille Weasley, je n’y reviens pas. Le lecteur fait plus ample connaissance avec plusieurs acteurs de l’école : des élèves (actuels ou anciens), des professeurs (notamment le très charismatique et ridicule Gilderoy Lockhart) et des fantômes (Peeves, totalement absent des films). On découvre également le peu sympathique Lucius Malefoy, père de Drago (Draco Malfoy en vo) et l’étrange Dobby, elfe de maison de son état (encore une fois, l’auteure étoffe son univers en insérant une nouvelle créature avec toutes les caractéristiques qui la concernent).

J’imagine que certains détracteurs peuvent trouver le style de J. K. Rowling trop simple ou pauvre… personnellement je trouve que l’anglaise a trouvé le juste milieu entre le texte clairement pour enfants (on retrouve certains thèmes propres à l’enfance et à l’adolescence) et une construction plus mature. Peut-être ai-je une âme d’enfant et suis donc plus prompte à m’émerveiller… mais Harry Potter est la seule saga qui m’émeut autant et ce deuxième tome ne fait pas exception ! Je ris aux blagues des jumeaux Weasley et face à l’incompétence de Gilderoy Lockhart, je suis touchée par les épreuves que subit Harry (son été catastrophique chez les Dursley, ses camarades qui lui tournent le dos dès qu’il est soupçonné…) et carrément émue aux larmes lorsqu’Hagrid refait son apparition dans la grande salle à la fin de l’année ou lorsque Dumbledore assure à notre jeune sorcier que ce qui compte, ce sont les choix qu’il fait…
Je suis ravie d’avoir tenté la lecture de la saga en anglais. Non seulement je découvre le texte d’origine et tente de parfaire mon anglais, mais j’ai la joie, en plus, de replonger dans cet univers que j’aime tant. Même si la traduction française est admirable, c’est encore mieux de mettre les patronymes et termes originaux sur les personnages et objets que l’on connaît déjà. Une fois ceux-ci et le vocabulaire magique de base acquis, l’immersion dans le monde de J. K. Rowling se fait en douceur et est totale ! C’est vraiment un choix idéal pour ceux qui ont envie de se lancer dans la lecture en vo !

Dans un univers magique hyper travaillé et maîtrisé (que je trouve passionnant !), J. K. Rowling n’oublie pas les ingrédients indispensables à un bon roman jeunesse : la quête d’identité du héros orphelin, l’amitié indéfectible, les péripéties amusantes mais non dénuées de danger et l’enquête au sein de l’école… Idéal pour petits et grands et un bon moyen de travailler son anglais pour ceux qui tentent la lecture en vo !

« Your aunt and uncle will be proud, though, won’t they? » said Hermione, as they got off the train and joined the crowd thronging towards the enchanted barrier. « When they hear what you did this year? »
« Proud? » said Harry. « Are you mad? All those times I could’ve died, and I didn’t manage it? They’ll be furious… »
And together they walked back through the gateway to the Muggle world.

Image : L’excellent Kenneth Branagh dans le rôle de Lockhart !

Une pensée sur “Harry Potter, Book 2 : And the Chamber of Secrets de J. K. ROWLING

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e0a7842aab42572a443521ad3ef95249_________________