Les Voyageurs des miroirs, Tome 1 de Kriss F. GARDAZ

les voyageurs des miroirs de kriss f gardaz
Les Voyageurs des miroirs,
Tome 1

de Kriss F. GARDAZ
Editions du Préau,
2013, p. 361

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : Sur la boutique du site de la maison

« Je suis née il y a bien longtemps, au siècle dernier, dans la jolie région tourangelle. Depuis j’ai voyagé, traînant mes idées et mes envies de Paris à l’île d’Oléron, du Jura à la Bourgogne, de Guadeloupe à la Bourgogne sans oublier de passer mes vacances en Bretagne.
Grande amoureuse de la mer et des mots, je me rappelle, vers seize ans, avoir écrit le premier chapitre d’un roman au retour d’un séjour breton. L’héroïne portait un nom banal, Marie Garnier. Elle est restée au fond d’un tiroir. Il m’aura fallu plus de vingt ans pour oser aller au bout de mon envie la plus enfouie, donner vie à un roman. J’ai toujours des bouts de papier griffonnés, des feuilles dispersées, des idées mélangées mais j’ai enfin réussi à poser le point final. Deux fois !!! Je n’y croyais pas. Forcément à quarante ans, on se dit que tout est joué déjà. Alors un petit conseil en passant, n’abandonnez jamais vos rêves ! »

La suite de l’article de Cali

♣ ♣ ♣

En vacances chez sa grand-mère dans un manoir que l’on dit un peu hanté, Rose Jersey, douze ans et demi, va découvrir une pièce secrète remplie de miroirs de sorcières, miroirs desquels il ne faut surtout pas s’approcher.
Curieuse, attirée par des pleurs semblant provenir d’un splendide miroir bleu, Rose est happée à l’intérieur et disparaît dans un autre monde. Son frère Andy, et Droopy le chat, vont volontairement la rejoindre pensant pouvoir la ramener.
Erreur ! Un miroir de sorcières ne s’emprunte que dans un sens…
Dans quels mondes inconnus devront-ils vivre en attendant de trouver une porte de départ ?
Les voyageurs des miroirs pourront-ils un jour rentrer chez eux ?

Si la littérature young adult (jeunes adultes) a tendance à me décevoir ces derniers temps (trop de facilités, des schémas trop similaires, de la niaiserie dans les histoires de cœur…), je sors généralement positivement emballée de mes lectures pour la jeunesse (les enfants et les préadolescents).
Le premier tome des Voyageurs des miroirs ne fait pas exception à la règle et s’inscrit dans la lignée des classiques pour les plus jeunes lecteurs. A l’image des différents tomes du Monde de Narnia, les deux héros sortis de l’imagination de Kriss F. Gardaz, visitent plusieurs mondes et comme dans le célèbre Alice au pays des merveilles, les rencontres sont hautes en couleurs ! Si j’ai eu un petit peu de mal à entrer dans le texte, j’ai dévoré les deux derniers tiers et lirai la suite avec plaisir !

Alors oui, si j’ai lu la première centaine de pages sans déplaisir, je n’étais pas non plus complètement à fond dans ma lecture. J’ai déjà connu le même sentiment en lisant d’autres livres pour la jeunesse, notamment lorsque j’ai découvert les deux titres cités dans l’introduction, à savoir Le Monde de Narnia de C. S. Lewis et Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Dans les deux cas, on ne peut nier que les univers proposés sont riches et bien travaillés mais une certaine distance m’a empêché de m’attacher aux jeunes héros.
Au début de ma lecture des Voyageurs des miroirs, j’avais la même impression. J’étais impressionnée par le développement du « décor » offert par Kriss F. Gardaz, mais ne ressentais que peu de choses pour Rose et Andy, les deux enfants que l’on suit. Sans être insensible à leurs aventures, j’avoue que je n’étais pas particulièrement concentrée sur leurs découvertes et rencontres. Et généralement, si les personnages ne me touchent pas, je peine à apprécier mes lectures.
Et soudainement, le déclic. A partir de l’arrivée des enfants au pays des fées, j’ai pris beaucoup plus de plaisir à les suivre et leurs aventures m’ont davantage passionnée. Fallait-il un temps d’adaptation, un temps d’apprentissage ? Peut-être. En tout cas, je ne regrette pas d’avoir persévéré car la suite a été à la hauteur de mes espérances !

Je parlais d’un univers riche en introduction et effectivement, richesse de l’univers il y a. C’est sans doute l’un des points les plus positifs de cette histoire, à mon sens. Rose et Andy son petit frère, visitent successivement trois mondes parallèles à notre Terre : le pays des trolls, celui des fées et enfin, celui des géants. A chaque fois, non seulement le décor physique est bien pensé, mais l’auteur apporte également son lot de renseignements plus abstraits : les us et coutumes, une temporalité bien particulière et, plus important, un vocabulaire propre à chaque monde. Sans avoir inventé trois langages à part entière, Kriss F. Gardaz a assez bien pensé son univers pour nous proposer quelques mots à chaque fois. C’est plutôt pertinent et assez crédible.

Kriss F. GardazMais, les mondes pourraient être aussi nombreux et foisonnants que l’on veut, si l’auteure ne les traite pas correctement, ça ne sert à rien. C’est un autre des points très positifs des Voyageurs des miroirs : la plume de l’auteure et notamment les descriptions, très imagées et colorées. C’est visuellement fort ; les enfants n’auront pas de mal à voir les scènes défiler dans leur tête et les adultes non plus d’ailleurs.
Outre ces descriptions ni trop nombreuses ni trop absentes, Kriss F. Gardaz insère des dialogues rythmés et pertinents. Et même si j’ai parfois eu du mal à croire qu’un enfant de 10 ans (Andy) pourrait avoir de telles réflexions, j’ai apprécié les échanges entre les différents personnages. Je pense qu’en lecture à voix haute, changer de voix selon les figures et les mondes visités, pourrait avoir son petit succès auprès des plus jeunes. En tout cas, le texte s’y prête pas mal, je trouve.
Pour terminer du côté de la forme, j’ai aimé les choix narratifs de l’auteure. Elle privilégie les points de vue externes pour accompagner ses personnages et nous offre parfois, quelques chapitres se déroulant du côté des parents, dans la demeure familiale de départ, sur Terre. L’ensemble est rédigé dans les temps classiques du récit (passé simple et imparfait) ce qui facilite l’aspect « conte » et donc le voyage vers d’autres univers…

Des personnages qui deviennent attachants au fil des pages, un univers très riche et bien traité… oui, mais quid de l’intrigue ? On peut parfois redouter une narration linéaire et simpliste en littérature jeunesse… mais ce n’est pas le cas ici.
Kriss F. Gardaz inclut plusieurs mini-intrigues dans une plus grande, le tout s’entremêlant plutôt bien et faisant marcher le texte jusqu’à la dernière page. En effet, si au début, les enfants ne pensent qu’à rentrer chez eux et donc à retrouver le miroir qui leur permettra ce voyage de retour, ils changent assez vite d’avis pour aider leurs nouveaux compagnons. Ainsi, à chaque passage dans un nouveau monde, une nouvelle mini-aventure apparaît permettant à Rose et Andy de se dépasser à chaque fois un peu plus. Et si tout commence assez « doucement » et « gentiment », plus le texte avance et plus les aventures se corsent et s’assombrissent. Leur dernière visite, dans le monde des géants, n’est pas de tout repos et promet quelques scènes assez difficiles. Les deux jeunes héros doivent donc sauver les créatures qu’ils rencontrent sur leur chemin, trouver en même temps un moyen de rentrer chez eux et, enfin, retrouver leur grand-père, égaré lui aussi dans un monde parallèle… Je vous le dis, le voyage n’est pas de tout repos !
On peut regretter quelques « facilités » dans l’aventure mais n’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’un livre pour enfants. Ainsi, ne soyez pas surpris si tous les habitants des mondes visités ouvrent grand leur porte aux enfants étrangers et si, « tout est bien qui finit bien ». Après tout, un peu de douceur et de chaleur, ça fait du bien au moral !

Après un début un peu difficile pour moi, j’ai finalement pris beaucoup de plaisir pendant ma lecture. J’ai réussi à m’attacher aux deux jeunes héros et ai eu autant de sourires béats qu’eux lors de ma découverte des différents mondes. Kriss F. Gardaz a une imagination débordante et la maîtrise assez pour nous proposer une histoire bien construite et bien pensée. Le dénouement est amplement suffisant mais laisse tout de même la porte ouverte à une suite… que je lirai avec plaisir !

Merci à Kriss F. Gardaz pour cette jolie découverte !

Une pensée sur “Les Voyageurs des miroirs, Tome 1 de Kriss F. GARDAZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49893408a4a8d252fc2e2382ab386410?????????????????