Card Captor Sakura, Tome 8 de CLAMP

card captor sakura 8

coupdecoeur

Card Captor Sakura,
Tome 8
de CLAMP
Pika Edition,
2001, p. 185

Première Publication : 1999

Pour l’acheter : Card Captor Sakura, Tome 8

 

CLAMP est une équipe féminine de mangaka. Leurs mangas sont en général des shojo manga, mais elles se sont plus récemment essayées au seinen et au shonen publiés entre autres dans Young Magazine au Japon.

Tome 1 Tome 2 Tome 3 Tome 4 Tome 5  Tome 6 Tome 7

 

♣ ♣ ♣

 

Un jour, Sakura trouva un livre étrange dans sa bibliothèque et sans faire exprès libéra les cartes de Clow, puissantes cartes aux pouvoirs magiques. Elle se trouve donc investie d’une mission, celle de rassembler à nouveau les cartes pour éviter l’apocalypse. Aidée par son amie Tomoyo et son « rival » Shaolan, elle va rassembler une à une les cartes au terme d’aventures les plus incroyables les unes que les autres.

Cette chronique sera courte puisqu’arrivé au huitième tome, je ne vais pas répéter ce que je vous ai déjà raconté pour les premiers. Je pars du principe que vous connaissez un minimum l’intrigue et les personnages (sinon je vous invite à aller faire un tour sur mes chroniques des tomes précédents) donc vais me « contenter » de m’attarder sur les points spécifiques à ce huitième opus.
Evidemment, il y a de gros risques de spoilers alors si vous ne connaissez pas les aventures de Sakura et souhaitez les découvrir un jour, je vous encourage à ne pas lire ce qui suit (mais plutôt les chroniques sur les premiers tomes… j’insiste !).

Comme dans chaque nouveau tome de ce manga, le lecteur se trouve face à plusieurs chapitres (ici trois) qui correspondent à autant de nouvelles mini-aventures pour la jeune chasseuse de cartes. Si certains tomes me passionnent moins que d’autres parce que les épisodes proposés m’intéressent moins ; ce huitième opus met en avant trois petites histoires toute mignonnes qui pourraient, de prime abord, laisser penser qu’elles n’apportent rien pour l’intrigue générale mais qui, si on y regarde de plus près, offrent leur lot de détails croustillants.
Dans le premier chapitre, Sakura, comme ses camarades de classe, fabrique un petit ourson qu’elle compte offrir à Yukito. Chaque élève (ou presque) semble avoir succombé à cette mode et même Shaolan se prête au jeu. Alors qu’elle s’apprête à offrir sa peluche, la petite fille voit l’objet grossir grossir grossir… sous l’influence de la magie de Clow. A l’aide des fidèles Tomoyo et Kelo, elle vient à bout de l’ours géant… et tout est bien qui finit bien. De son côté, Shaolan n’ose pas offrir sa création… au grand dam du lecteur !
Quelques jours plus tard, Sakura tombe malade mais, en bonne petite fille responsable, elle insiste pour aller à l’école… la fièvre aura finalement raison d’elle mais, c’est sans compter sur son sens du devoir qui la pousse hors du lit pour arrêter une carte de Clow qui fait des ravages au milieu de la nuit. Afin de donner le change, elle fait appel à la carte du miroir qui devra jouer son rôle auprès de Toya, son grand-frère.
Enfin, le jour de la Saint-Valentin est bel et bien arrivée. La chasseuse de cartes en profite pour faire des chocolats qu’elle offrira aux personnes qu’elle aime… mais, par pur hasard, elle se retrouve avec un chocolat en trop… à qui l’offrir ? Et si elle reprenait la tradition de sa défunte mère ?

Vous pouvez le constater avec ces quelques lignes de résumé, rien de crucial ne semble se dérouler dans la vie de Sakura dans ce huitième tome et pourtant… si la petite fille ne se rend compte de rien, le lecteur – omniscient – découvre ou se voit confirmer plusieurs petites choses concernant les différents personnages secondaires.
Ainsi, il suit les stratagèmes mis en place par Eriol, le nouveau camarade de classe apparemment sans histoire mais – et le lecteur est seul à le savoir – qui est celui qui met des bâtons dans les roues de notre héroïne car intimement lié à Clow et donc à sa magie. On retrouve également les deux camarades de ce mystérieux Eriol, Spinel Sun et Rubi Moon qui entrent dans la vie de Sakura, de façon détournée certes, mais qui prennent quand même leur place dans l’intrigue, surtout la deuxième qui est une camarade de classe de Toya et Yukito et qui apparaît toujours lorsqu’il ne le faut pas !
Même si on voit peu Shaolan dans ce tome, j’aime énormément sa réserve et sa présence discrète. Il entre en scène dans des moments clefs et est toujours là pour notre petite Sakura. Un héros absolument adorable et charismatique malgré son jeune âge, je trouve. Le lecteur ne peut plus avoir de doute dorénavant et sait que le jeune garçon en pince pour la chasseuse de cartes mais elle, évidemment, elle ne voit rien (et c’est bien la seule) ! A-do-ra-ble !
Enfin, si Sakura est encore une fois à côté de ses pompes, le lecteur ne peut plus nier que Toya, le grand frère, sait beaucoup plus de choses qu’il n’y paraît et est beaucoup plus attaché à Yukito qu’on pourrait le penser.

J’aime énormément suivre cette petite héroïne fraiche, amusante et carrément adorable… mais j’aime encore plus en apprendre plus sur les nombreux personnages secondaires qui l’entourent et la soutiennent (ou non) quotidiennement. C’est toute une petite famille qui vit sous le crayon de l’équipe de Clamp et c’est une famille à laquelle je suis beaucoup attachée.
Je suis sous le charme de quasiment tous les tomes, et celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Je suis vraiment ravie d’avoir pu rassembler les douze tomes de la collection et ne m’en séparerais pour rien au monde ! Il ne me reste plus que quatre opus… je vais tenter de les savourer et quand j’aurai terminé, je pourrai toujours les relire… ou revoir les nombreux épisodes des deux saisons de l’anime que je viens de m’offrir !

 

15 pensées sur “Card Captor Sakura, Tome 8 de CLAMP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

42327afa6991e2c8b097cece41da843a22222222222222