Confusion de Cat CLARKE

confusion-copie-1Confusion
de Cat CLARKE
Robert Laffont (Collection R),

2012, p. 420

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Confusion

Née en Zambie, Cat Clarke a grandi à Édimbourg, puis dans le Yorkshire. Après avoir été auteur de non-fictions, elle se consacre désormais à la littérature pour jeunes adultes. Son premier roman, Confusion, publié en janvier 2011, a rencontré un grand succès en Angleterre. Cat vit actuellement dans le sud de Londres et écrit son troisième roman.
Robert Laffont.

Grace, 17 ans, se réveille enfermée dans une pièce blanche, avec une table, des stylos et des feuilles vierges. Pourquoi est-elle là ? Elle n’en n’a aucun souvenir. Et quel est ce bel inconnu qui la traite avec tant d’égards ? Coucher sur le papier les méandres de son passé lui donnera-t-il la clef de cette cage dorée ?

La Collection R change de registre et propose un one-shot à ses lecteurs. Ici, point de dystopie, d’école mystérieuse ou de pouvoirs psychiques, non non non. Ici, évolue une adolescente lambda, tiraillée entre ses amis et ses relations. Un sujet assez original dans la ligne éditoriale, il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité.
Si Confusion n’est pas exempt de défauts, le livre offre une construction narrative intéressante ce qui entraîne un certain suspense et donc un rythme de lecture assez haletant. La curiosité me tenaillant, je n’ai pas pu m’empêcher de dévorer ce titre en moins de deux jours. Le contrat est donc rempli.

Grace est une adolescente à problèmes. Vivant seule avec une mère indifférente, elle multiplie les expériences et les dérives. Difficile de la canaliser et pourtant, elle se lie d’amitié avec Sal, une jeune fille plutôt timide et réservée qui parvient à apaiser notre héroïne. Mais un évènement va précipiter la chute de cette relation et faire sombrer Grace encore un peu plus bas. Elle croit enfin sortir la tête de l’eau grâce au beau et gentil Nat, mais là encore, tout va se compliquer et se détériorer… Grace semble tout détruire autour d’elle, malgré toute sa bonne volonté.
Tous ces éléments, le lecteur les découvre par bribes et pas forcément dans l’ordre, au fil des pages. En effet, quand le lecteur ouvre le livre et parcoure la première page, c’est une scène bien différente qu’il découvre : Grace est enfermée dans une salle entièrement blanche et sa seule occupation est l’écriture (des dizaines de feuilles blanches et une quarantaine de Bic bleus sont mis à sa disposition. Et c’est grâce à la rédaction de ses souvenirs qu’on apprend ce qui lui est arrivé et comment elle est arrivée là. Cette « inversion narrative » (on part du résultat pour remonter jusqu’aux origines de celui-ci), m’a plu et m’a semblé vraiment très bien pensée, construite et menée. Grâce à elle, le lecteur découvre les pièces du puzzle au compte-gouttes et tourne très vite les pages pour avoir la solution du problème. Un peu comme dans une enquête policière. Le rythme et le suspense, voilà donc les gros points positifs de Confusion, à mon goût.
Alors certes, on résout l’affaire avant le dénouement, qui n’est donc pas une surprise énorme ; mais pourtant, ça fonctionne jusqu’au bout, tout du moins pour moi.

catclarkeOn peut reprocher à Grace son côté « sale gosse » égocentrique ainsi qu’une certaine violence teintée d’une grande naïveté. On peut donc avoir du mal à s’identifier à elle ou même à l’apprécier. Et pourtant, cette héroïne en souffrance a su m’émouvoir. Je ne l’ai pas adorée mais je l’ai assez appréciée pour m’intéresser à son sort et avoir envie d’apprendre ce que la vie lui a fait subir.
Les personnages secondaires, notamment Sal et Nat (qui sont les plus importants), malgré leur apparente gentillesse, se révèlent vite assez étranges dans leurs comportements et réactions et on comprend vite qu’il y a anguille sous roche… mais quoi ? Avec du recul, je trouve ces deux-là particulièrement cruels et Grace m’émeut d’autant plus.

Comme d’habitude avec la Collection R, les pages sont épaisses et la police d’écriture bien aérée. Ajoutez à cela un style fluide et agréable et vous avez le mélange parfait pour une lecture détente ultra-rapide. Depuis les premiers pas de cette collection, je trouve, à mon humble niveau, que les traductions sont plutôt bonnes et c’est encore le cas ici. Ce n’est pas de la grande littérature mais ce n’est pas non plus simpliste, c’est très correct.
Je regrette cependant un petit manque de descriptions, j’ai eu un peu de mal à m’imaginer Grace ou les autres personnages, ainsi que les endroits où ils évoluaient. Mais Cat Clarke reste peut-être volontairement dans le flou pour que cette histoire gagne un aspect général, atemporel. Cette héroïne pourrait être n’importe laquelle des adolescentes que vous connaissez ou croisez dans la rue.
Une nouvelle fois dans un texte young adult, l’auteure a fait le choix du point de vue interne (le « je »). L’aspect « journal intime » étant ici l’un des éléments principaux du texte, difficile de faire autrement. Le « je » est indispensable pour que le lecteur suive ce qui se déroule dans la tête de Grace au moment où elle l’écrit. Les flash-back sont donc, logiquement, narrés au passé, sa vie dans la chambre blanche, au présent. Pas de problème de temps, la concordance est bien assurée (et ça fait plaisir !).

Je me suis laissée prendre au jeu. Confusion a su m’entraîner jusqu’à sa dernière ligne et si, avec du recul, je concède que l’intrigue n’est pas forcément originale, la construction narrative est si bien pensée que je ne peux que conseiller cette lecture autour de moi.

Merci à la Collection R pour cette découverte…

Une pensée sur “Confusion de Cat CLARKE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e46ed21e7f5a6102bcb13812d079c6bfkkkkkkkkkkkkkkk