Fractures de Franck THILLIEZ

fracturesFractures
de Franck THILLIEZ

(Baby Thriller – 7/20)
Pocket (Thriller),

2010, p. 442

Première Publication : 2009

Pour l’acheter : Fractures

Franck Thilliez, né en 1973 à Annecy, est un écrivain de polars, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais. Il est membre du collectif d’artistes La Ligue de l’Imaginaire.
Wikipédia.


Alice Dehaene se recueille sur la tombe de sa sœur jumelle, Dorothée, décédée dix ans auparavant. Une question la taraude : à quoi rime cette photo de Dorothée, prise il y a à peine six mois, qu’elle a récupérée des mains d’un immigré clandestin ?

Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille, Luc Graham, doit lui révéler le résultat d’un an de psychothérapie, lui apporter cette lumière qu’elle recherche depuis si longtemps. Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l’en empêcher : son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche, à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir ; et cet homme retrouvé nu à un abri de bus et qui semble avoir vu le diable en personne.
Grâce à l’intervention de Julie Roqueval, assistante sociale en psychiatrie, Luc Graham, d’abord dubitatif, se décide enfin à mener l’enquête. Un aller simple vers la folie…

Après plusieurs titres Imaginaire, j’avais envie et besoin de changer de genre. Ma grande résolution de ces dernières années est de lire plus de thrillers et polars, j’essaye donc de la respecter autant que possible (même si ce n’est pas toujours facile…). Je n’avais jamais lu de Thilliez mais j’avais envie de découvrir cet auteur français apparemment très apprécié des lecteurs. Il commence à avoir écrit pas mal de livres, alors, par où commencer ? J’ai choisi Fractures car c’est celui qui m’inspirait le plus et j’ai bien fait car apparemment, c’est un des rares qui ne fait pas partie d’une « série » d’enquêtes.
Entre Thilliez et moi, c’était assez mal parti. En effet, les premiers chapitres ont été hésitants, j’étais complètement perdue. Mais finalement, j’ai bien fait d’insister car le développement et le dénouement ont été à la hauteur de mes espérances et je pense même que je lirai un autre titre de Monsieur Thilliez, si j’en ai l’occasion.

Les cinquante premières pages m’ont laissée sceptique. Tous les personnages sont introduits en quelques pages et semblent parfaitement étrangers les uns des autres mais on se doute quand même qu’ils sont tous liés pour une raison ou une autre. C’est un peu compliqué de s’immerger dans cette aventure, entre Alice et son psychiatre, un homme qui se fait poignarder, un autre qui est retrouvé nu et catatonique sous un abribus… il faut un temps d’adaptation avant de pouvoir mettre en place les premières pièces du puzzle et donc pouvoir profiter pleinement de l’enquête.
Une autre difficulté s’amorce dans les premières pages avec la narration d’épisodes passés : un journaliste reporter assiste à une scène traumatisante lors d’une mission au Liban et dans le chapitre suivant, un homme père de famille, se fait enlever chez lui. La difficulté est de relier ces évènements passés au présent de narration (2007) et surtout, aux personnages évoluant dans ce présent-là. Autant le dire sincèrement, j’étais complètement perdue et n’arrivais pas à ordonner correctement les informations dans ma tête. Je me suis même dit, à un moment, « si c’est comme ça tout au long du texte, ça ne va pas être une partie de plaisir… »… et puis, le déclic.
Au fil des pages, on comprend que tout tourne autour d’Alice et de son psychiatre qui rassemblent, à eux deux, tous les personnages secondaires… mais pourquoi ? Comment ? Voilà ce qu’il faut découvrir et ce que Thilliez nous propose de résoudre…

FranckThilliezUne fois bien ancrée dans l’histoire, je peux vous dire que le rythme s’accélère et que le suspense est bien présent. Le voile s’estompe un peu à certains endroits mais pose de nouvelles questions qui, ayant besoin de réponses rapides, entraînent le lecteur dans une lecture assez frénétique. Et puis… ah mais machin c’est le… de truc ?! Ah mais lui c’est celui qui a… bidule ?! Mais mais mais… Et tout se met en place et tout s’éclaire. Et on se rend compte que Thilliez avait bien pensé son intrigue dès le départ.
Je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire/glauque/dégueulasse côté révélations au sujet du coupable (mais ça c’est à force de regarder Esprits criminels et autres séries policières) mais l’action se situe en France alors j’ai l’impression que ça reste toujours moins « époustouflant » que les intrigues américaines (qui en font des tonnes avec les serial killer). Cela dit, c’est d’autant plus réaliste et flippant.

J’ai donc aimé l’intrigue et le schéma narratif (malgré un début un peu hésitant) mais ce que j’ai préféré, c’est l’aspect « scientifique » apporté par l’auteur. Alors n’ayez aucune crainte, Thilliez ne nous balance pas des définitions incompréhensibles ou des passages dignes de cours magistraux… non non non, ça se lit vraiment très bien mais on sent qu’il s’est renseigné et a fait des recherches, n’hésitant pas à questionner des professionnels et à les suivre sur le terrain (il nous le confirme en postface).
Attention, dans le paragraphe suivant, je vais peut-être donner quelques informations « spoilantes » (bien qu’on les découvre assez vite pendant notre lecture) mais je préfère prévenir.
Cette histoire traite de faits et gestes dictés par une maladie encore très peu connue, liée à tout ce qui circule sous notre boîte crânienne. Les professionnels du cerveau humain et les psychiatres/psychologues s’accordent à dire qu’ils ne savent pas grand-chose de ce qui se passe dans notre tête. Fractures met en scène une jeune fille atteinte de troubles du comportement, de troubles « psychiques » ; et même s’il s’agit d’une fiction, ça reste assez impressionnant. Et personnellement, c’est le genre de choses qui m’angoissent énormément.

Franck Thilliez accentue le suspense et le côté surprises/révélations en choisissant d’alterner les points de vue externes. Le lecteur passe ainsi d’un personnage à l’autre et doit remettre à chaque fois en place les pièces du puzzle et en ajouter de nouvelles… C’est l’occasion de conjecturer et finalement de tomber bouche bée en se rendant compte que tel personnage est en fait… non, je ne vous dirais rien, je vous laisse deviner.
Dernière précision : le texte concernant les passages de 2007 (et donc du présent pour les personnages et le lecteur) est rédigé… au présent de narration ! Au début, je trouvais ça un peu étrange (oui, j’aime bien mes temps du récit) mais pour ce genre de livres, à savoir le thriller, je trouve que c’est un choix réfléchi et approprié. Le lecteur se sent encore plus dans le rythme, dans le suspense, dans l’urgence de l’enquête et l’effet serait évidemment bien moindre au passé simple / imparfait.

Ce n’est peut-être pas le meilleur thriller que j’ai pu lire (d’un côté, je n’ai pas encore beaucoup d’expérience du genre), mais j’ai vraiment apprécié ce titre que j’ai lu très vite. J’ai eu du mal au début, tout était alors trop confus et emmêlé, mais le déclic s’est fait, le rythme s’est accentué et le suspense s’est mis en place. Je retiens surtout l’aspect « scientifique » de l’enquête, liée intimement aux rouages du cerveau humain… réaliste et flippant.

 

« Sur la route du retour, elle repense aux paroles de Graham :
– Là, maintenant, vous vous trouvez ici, avec moi, mais vous êtes ailleurs en permanence. Votre esprit est en miettes. Pire qu’un miroir brisé.
Il a raison. Voilà sa vie parfaitement résumée en trois phrases. Voilà la trace qu’elle laissera d’elle sur cette Terre. Un fantôme inexistant. »

Une pensée sur “Fractures de Franck THILLIEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c976a33acc859bbf1be9926ba4f36509wwwwwwwwwwwwwwwww