A Series of Unfortunate Events, Book 3 : The Wide Window de Lemony SNICKET

aseriesofunfortunateevents3A Series of Unfortunate Events,
Book 3 : The Wide Window

de Lemony SNICKET

(ABC Imaginaire – 10/26,
YA/Jeunesse – 47/24,
Lecture en VO – 1/5)

Harper Collins Publishers,
2000, p. 214

Première Publication : 2000

Pour l’acheter : A Series of Unfortunate Events #3

Lemony Snicket est le pseudonyme utilisé par l’écrivain Daniel Handler pour rédiger sa série de livres Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire. Lemony Snicket est également l’un des personnages principaux de l’intrigue de la série, en tant que narrateur omniscient et intégré au récit. Son passé et son implication dans l’histoire sont révélés progressivement au fil des treize tomes, mais la plupart ont fait l’objet de deux hors séries, son autobiographie et les Lettres à Béatrice (non traduit en français), deux livres accompagnant les évènements de l’intrigue. Daniel Handler a occasionnellement écrit d’autres livres sous ce pseudonyme, dont aucun n’a été pour l’heure traduit en français.

Book 1 : The Bad Beginning 
Book 2 : The Reptile Room

Dear Reader,
If you have not read anything about the Baudelaire orphans, then before you read even one more sentence, you should know this: Violet, Klaus, and Sunny are kindhearted and quick-witted, but their lives, I am sorry to say, are filled with bad luck and misery. All of the stories about these three children are unhappy and wretched, and this one may be the worst of them all.If you haven’t got the stomach for a story that includes a hurricane, a signalling device, hungry leeches, cold cucumber soup, a horrible villain, and a doll named Pretty Penny, then this book will probably fill you with despair. I will continue to record these tragic tales, for that is what I do. You, however, should decide for yourself whether you can possibly endure this miserable story,
With all due respect,
Lemony Snicket

Avec ce troisième tome des Aventures des Orphelins Baudelaire (le titre français), j’avance doucement mais surement dans plusieurs de mes challenges (lecture en vo, ABC imaginaire et surtout, celui des séries !) et je suis très fière de moi. Et j’ai apprécié ma lecture, qui plus est, ce qui n’est pas négligeable. Je lui préfère peut-être le tome précédent (côté intrigue) et pourtant, c’est sans doute ce troisième opus qui me marquera le plus depuis le début… Etrange. Je ne possède malheureusement pas la suite mais j’espère bien la trouver un jour en anglais, pour continuer dans ma lancée ! En revanche, je vous épargne la chronique dans la langue de Shakespeare (de toute façon, je ne crois pas que ce serait particulièrement lisible…).

Qui dit troisième tome dit troisième aventure. En effet, le schéma narratif se construit sur le modèle du livre précédent. Nous retrouvons les trois enfants Baudelaire : Violet, Klaus et Sunny, à nouveau complètement orphelins, à nouveau placés par Mr Poe, chez un nouveau tuteur. Cette fois, il s’agit d’une femme, une tante éloignée : Aunt Josephine. Alors que les trois orphelins s’accommodent tant bien que mal des peurs et maniaqueries de leur nouvelle tutrice, le Comte Olaf, leur pire ennemi, revient dans le paysage, déguisé mais reconnaissable et parvient à embobiner tous les adultes pour s’accaparer les enfants (et donc leur fortune).
Rien de bien extraordinaire comme vous pouvez le voir, mais ce qui fait l’intérêt de ce troisième tome, c’est l’originalité et la force des personnages, notamment la vieille tante un peu loufoque. Récemment veuve, Aunt Josephine vit au sommet d’une colline, dans une maison branlante, juste au dessus du lac aux sangsues (Lake Lachrymose). Terrifiée par tout et n’importe quoi (le téléphone qui peut électrocuter, la gazinière qui peut exploser, les agents immobiliers qui peuvent… on ne sait quoi…) et complètement obnubilée par la grammaire et l’orthographe, la vieille dame n’est pas méchante mais n’est pas d’un très grand réconfort. Et lorsque le Comte Olaf, déguisé sous les traits d’un marin du nom de Captain Sham, débarque en ville et lui fait les yeux doux, elle tombe dans le panneau, malgré la mise en garde des enfants qui eux, ont bien reconnu leur ennemi derrière la jambe de bois et l’œil bandé. Celui-ci, cruel comme jamais, est prêt à tout pour récupérer la fortune des Baudelaire, n’hésitant pas à pousser la tante Josephine au suicide…

unfortunateeventsmovie2004

Encore une fois, et je trouve que c’est vraiment très présent ici, il y a un véritable décalage entre les adultes et les enfants. Ces derniers, conscients de tous les dangers et débrouillards, ne peuvent compter que sur eux-mêmes car leurs aînés, bornés et complètement aveugles, ne se rendent compte de rien et se noient dans leurs manies et tics. Mr Poe passe son temps à tousser dans son mouchoir et ne se rend jamais compte de la gravité d’une situation (ou alors quand le mal est fait et réparé). Quant à la tante Josephine, peureuse et tête en l’air, elle ne remarque que les fautes de langage et rien ne revêt plus d’importance que la grammaire dans sa vie.
Pauvres Violet, Klaus et Sunny… tous trois sont encore une fois bien lotis. Et malgré tout, ils restent fidèles à eux-mêmes : déterminés, intelligents, solidaires. Violet et ses cheveux attachés lorsqu’elle réfléchit pour inventer un système, Klaus et ses livres, Sunny et ses dents affûtées qui ne ratent jamais leur cible ! Ils connaissent parfois des moments de profonde tristesse et mélancolie (mais, qui n’en connaîtrait pas après avoir perdu ses parents et en étant traîné de foyer en foyer chez des tuteurs plus incapables les uns que les autres ?) mais savent toujours rebondir et attraper la lueur d’espoir qui passe.

Et Lemony Snicket met très bien en scène cette dualité : le fond (l’histoire) est particulièrement grave et déprimante, mais il évite de peser trop sur le moral du lecteur en traitant la forme de façon humoristique, avec beaucoup d’ironie. Le ridicule et la bêtise des adultes sont tellement prononcés qu’il est difficile de ne pas sourire devant leurs (absences de) réactions. Vous pouvez donc y aller (et les plus jeunes lecteurs également), vous ne vous tirerez pas une balle après cette lecture.

J’ajouterai que, ceux qui souhaitent tenter la lecture en vo, peuvent tout à fait se lancer dans cette saga certes longue (13 tomes) mais très abordable niveau vocabulaire et syntaxe. Il reste quelques termes un petit peu difficiles, mais l’auteur les explique, la plupart du temps (et oui, ce sont des livres pour enfants au départ…). Même si vous n’êtes pas bilingues (ce que je ne suis assurément pas), vous comprendrez tout de même l’ironie mise en place par Lemony Snicket et apprécierez son style.

 

Dans la continuité des deux premiers, ce troisième tome reprend le même schéma narratif mais se distingue par l’arrivée d’un nouveau personnage marquant et haut en ridicule. Un fond grave intelligemment atténué par une forme humoristique maîtrisée. Une fin à nouveau ouverte… mais que va-t-il se passer pour les trois orphelins dans le tome suivant ?

Une pensée sur “A Series of Unfortunate Events, Book 3 : The Wide Window de Lemony SNICKET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

a186f6f94c043b557338b08131f4fbedXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX