Quintessence hiémale de Mathieu GUIBE et Cécile GUILLOT

quintessencehiemale
Quintessence hiémale
Contes d’hiver

de Mathieu GUIBE
et Cécile GUILLOT

Collection de la Porte Littéraire,
2012, p. 98

Première Publication : 2012

Mathieu Guibé, né à Poissy (78), est un jeune docteur en éthologie. Enfant nourri aux contes de fées, il s’évade du monde rigoureux des blouses blanches pour proposer des escapades dans des univers issus de son imagination. Dans son premier roman, un récit sombre et intense intitulé Atalan, chroniques d’un ange déchu (2008), il réinvente la guerre séculaire entre anges et démons. Il s’est depuis essayé à la scénarisation de manga, notamment pour Pity, conte moderne parlant d’un adolescent qui peut prédire les tragédies à venir mais dont la faculté devient bientôt malédiction lorsque ses proches le rejettent. Il a plus récemment autoédité le recueil de nouvelles Germ-in-es[SENS]ce. Toujours teintées d’une légère fantaisie parfois subtile, ces six histoires, dont l’une récompensée par le prix Odette Massfelder en 2008, ont pour thème commun la quête de soi.

Cécile Guillot, née à Saintes (17), est une lectrice assidue depuis sa plus tendre enfance, mais elle ne prend la plume que sur le tard, en 2009, et un peu par hasard. Les retours positifs l’incitent alors à continuer… Diplômée en psychologie et psychanalyse et passionnée de fantastique, elle aime à tisser des petites histoires où se mêlent folie et surnaturel, mais ne dédaigne pas quelques incursions du coté du merveilleux. Elle a créé le collectif d’auteur Les enfants de Walpurgis et quand elle n’écrit pas, s’arme de sa tablette graphique pour mettre en images les univers sombres ou parfois plus féeriques qui l’habitent ou pour réaliser des couvertures de romans.

Germ~iN~es[SENS]ce (Mathieu Guibé)
Even dead things feel your love (Mathieu Guibé)
Fille d’Hécate, Tome 1 (Cécile Guillot)

L’hiver venu, la vie ralentit sous un voile glacial. Les cœurs se cachent du froid et s’emmitouflent dans un manteau de neige. Mais les hommes ne sont pas les seuls à endurer la rude saison. La Nature elle-même se métamorphose et dévoile un tout autre visage. Ce recueil vous offre quatre contes pour décrire l’hiver des Eléments.
Naître de la Glace…
Chevaucher le Vent…
Puiser l’essence de la Terre…
Embraser la Flamme intérieure…
Quatre contes pour comprendre comment réchauffer nos âmes, même en hiver.

En juin dernier, j’ai profité de mon passage aux Imaginales et de la présence des deux auteurs pour prendre (et faire dédicacer) ce tout petit recueil de contes d’hiver. C’était l’occasion de retrouver la plume de Mathieu Guibé (qui avait su me convaincre grâce à son autre recueil de nouvelle, Germinessensce) et de découvrir celle, encore inconnue, de Cécile Guillot.

La Princesse des neiges, A bare tree in love with the winter, La Dernière flamme, Là où s’envolent les rêves. Une princesse amoureuse mais prisonnière de son état, une nymphe incapable de sauver sa sœur, le dernier dragon se liant d’amitié avec une petite orpheline, une princesse amoureuse d’un apprenti bibliothécaire devant faire ses preuves. Quatre contes autour de l’hiver. Quatre mises en scène des quatre éléments : l’eau, la terre, le feu et l’air. Dix, vingt ou trente pages pour installer ces quatre histoires et leur magie. Quatre mains pour se faire : deux contes écrits en solitaire, deux autres rédigés conjointement.

J’ai apprécié la poésie, la magie, la douceur et la mélancolie offertes par ces quatre courts textes.
Mais je reste surtout admirative du premier (rédigé par Mathieu Guibé seul) et du troisième (écrit à quatre mains) respectivement liés à l’eau et au feu. Je retiens la grande poésie se dégageant de La Princesse des neiges (et l’importance de la lune pour la vie des personnages), l’originalité et l’émotion de La Dernière flamme.
Le deuxième conte, écrit par Cécile Guillot, a su me toucher également grâce à ses thèmes et à la voix narrative empruntée à la sœur aimante mais incapable de braver le destin, pour conter cette histoire ; mais je n’ai pas eu le temps de bien m’imprégner de cette aventure. Dix pages, c’est court. Je sais que quelques paragraphes de plus ne sont pas nécessaires car le format de A bare tree in love with winter est parfait pour ce que le texte a à nous apprendre, mais c’est un « besoin » personnel (j’ai toujours du mal à être marquée par un très court texte, il me faut du temps pour apprendre à aimer les personnages et partager pleinement leurs joies, leurs peines…).
Quant au dernier conte du recueil, Là où s’envolent les rêves, écrit à quatre mains, je l’ai aimé mais c’est aussi celui que j’ai trouvé le plus « classique » dans sa construction, ses thèmes (une princesse promise en mariage à un inconnu alors qu’elle en aime un autre et une jolie métaphore de l’écriture) et son dénouement. C’est d’ailleurs le seul des quatre contes qui, bien qu’emprunt d’une certaine mélancolie comme les autres, se finit véritablement bien.

Un recueil émouvant, assez « triste » dans l’ensemble (pour ne pas répéter une énième fois le terme « mélancolique », mais il faut prendre cet aspect de façon positive), offrant des histoires originales et surtout, de belles scènes bien imagées… si vous avez un minimum de sensibilité et d’imagination, évidemment !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA(Photo made in Snow)

Cécile Guillot et Mathieu Guibé seront présents les trois jours de la troisième convention Octogones à Lyon (les 5, 6 et 7 octobre). Vous pourrez acquérir ce recueil, leurs autres ouvrages et échanger avec eux ! Et pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer jusque dans la capitale des Gaules, il vous reste la possibilité du mail direct (avec dédicace en prime) ou le passage par les librairies partenaires…

Une pensée sur “Quintessence hiémale de Mathieu GUIBE et Cécile GUILLOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

f73dbdb54cb36a1df027f67f02c6c077mmmmmmmmmmmmmmmmmmm