La Confrérie de la dague noire, Tome 1 : L'Amant ténébreux de J. R. WARD

confreriedeladaguenoire1
La Confrérie de la dague noire,
Tome 1 : L’Amant ténébreux

de J. R. WARD

(ABC Imaginaire – 6/26,
Baby Bit-Lit – 6/20,
Lecture Commune)

Milady,
2010, p. 571

Première Publication : 2005

Pour l’acheter : La Confrérie de la dague noire, T. 1

L’Avis de Tsuki !

Jessica Rowley Pell Bird aussi connue sous le pseudonyme J. R. Ward est un écrivain américain née en 1969 dans le Massachusetts. Elle est connue pour ses romances paranormales, tel que La Confrérie de la dague noire. Elle a reçu le Rita Award par l’association Romance Writers of America.
Wikipédia.

♣ ♣ ♣

Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. À sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable… L’un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c’est à Kolher qu’il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…

Je n’aurais jamais cru que je lirais ce premier tome un jour… et puis, le hasard des trocs m’a permis de le recevoir il y a quelques mois. Une fois dans ma PAL, je n’étais pas forcément pressée de l’ouvrir mais, plaisantant avec Tsuki, nous nous sommes décidées pour une petite lecture commune en privé. On a beaucoup parlé de nos impressions de vive voix lorsque la demoiselle est venue faire un tour à Lyon il y a une dizaine de jours, mais, toutes les deux trop timides pour passer devant la webcam, vous n’aurez que nos conclusions écrites.
Je me suis donc plongée dans cette lecture en me marrant d’avance, n’attendant rien d’autre que de grands fous-rires… J’ai eu mon lot de scènes ridicules (et de personnages à peine plus reluisants) et je peux maintenant dire que ce premier tome est à la hauteur de sa couverture… une grosse blague !
Si vous avez envie de décompresser – et même de griller vos neurones -, de rencontrer un catcheur aveugle tout de cuir vêtu et une donzelle magnifique d’1m80 en détresse, c’est le livre qu’il vous faut !

JRWardAvec Tsu, on s’est demandé : « Concrètement, c’est quoi l’intrigue ? »
Ben, Beth l’héroïne sexy mystérieuse sauvage et pas comme les autres tombe sur (enfin, accueille à bras ouverts alors qu’il entre par effraction dans son studio) Kolher, le guerrier de 2m, tout habillé de cuir avec des lunettes noires pour cacher sa cécité (vous imaginez Gilbert Montagné en cuir ?!). A peine deux mots sont prononcés entre eux et hop, ça se saute dessus comme des lapins… il fait tellement chaud et un catcheur en cuir aveugle c’est tellement sexy… Bref.
Le mec, au départ, il est là pour protéger la donzelle qui – mi-vampire mais ne le sait pas – risque de mourir très bientôt lors de sa transformation (il lui faut du sang de vampire ultra fort pour mener à bien la métamorphose). Kolher, le gros associable pas commode, ne voulait évidemment pas s’occuper d’elle au départ ; parce que les humains, au mieux il s’en fiche, au pire il les bute. Mais voilà, Audazs – le Papa vampire de Beth (qu’elle ne connait pas) et accessoirement grand poto de Mr Muscles – lui demande ce service. Et crève. Comment refuser ça à feu son meilleur ami ? Finalement, il fait bien d’accepter parce que, malgré ses centaines d’années, le pauvre n’a jamais connu l’amour et là hop, premier regard, coup de foudre, je te l’emballe et c’est dans la poche (faut dire, y a bien qu’une seule cruche sur la planète pour sauter sur un mastodonte en cuir inconnu qui déboule dans ton studio… ‘fin j’dis ça…).
Bon, et pour donner un semblant d’intérêt à ce premier tome qui fait quand même presque 600 pages, J.R. Ward intègre un gros méchant gourou et sa communauté – les Eradiqueurs – qui veulent tuer les vampires. Alors pendant toute l’histoire, Mr X. (oui oui, c’est son nom, c’est pas moi qui fait de l’humour pour une fois) bute des prostituées. On ne sait pas trop trop pourquoi… apparemment pour attirer de jeunes vampires – avec le sang -, pour les capturer et faire des expériences. Mouais. Et puis, pour lier les deux intrigues (faut bien quand même !), voilà que Mr X. veut tuer super Kolher, le big boss des vampires… et comment mieux arriver à ses fins qu’en s’en prenant à la reine des (catcheurs) dents longues ? Je vous assure, tout ça est très drôle.

J’avais peur des scènes de sexe mais en fait ça va, Riley Jenson m’a vaccinée à vie. C’est vraiment pas fin du tout mais bon, ça passe.
En revanche, je suis assez déçue par la « mythologie vampirique ». Ouais, les vampires se nourrissent du sang des autres vampires pour survivre, la confrérie c’est l’élite des dents longues créée pour protéger l’espèce, les éradiqueurs sont les grands méchants pas beaux (version albinos) et chaque « race » a un grand manitou pas commode (encore plus haut placé que super Kolher et l’autre taré de Mr X.). Ok. Je veux bien que ce soit un tome d’introduction et que la suite apportera plus d’éléments… sauf que non. Si un premier tome ne rend pas un minimum curieux et ne pose pas de bases intrigantes, t’as pas vraiment envie de lire la suite.

DarkLoverjrwardEn fait, inutile de le nier, le seul « intérêt » de ce premier tome, c’est la romance entre les deux personnages principaux (et la transformation de Beth, accessoirement), romance saupoudrée d’éléments fantastiques. Sauf que l’histoire d’amour ne m’a fait ni chaud ni froid… à part peut-être me faire marrer !
Non, mais qui, qui, qui est séduite par un barbare aveugle de 2m en cuir ? (Ouais bon, si, ça peut… mais pas de la façon dont il est présenté par J.R. Ward). Kolher est juste RIDICULE. Beth ne m’a vraiment pas touchée. C’est une belle plante qui va devenir la reine des vampires… Youhou, super.
Côté guerriers de la confrérie, entre celui qui est complètement taré et défiguré, l’autre qui ne pense qu’au baseball, l’autre qui a la gueule d’un acteur d’Hollywood et les autres… mouais. Ils ne sont pas assez bien exploités, à mon goût, pour que j’ai envie d’en apprendre plus sur eux.
Seuls trois personnages secondaires sortent du lot selon moi : Butch, Marissa et Fritz. Le premier, c’est le flic protecteur un peu paumé qui en pince légèrement pour Beth. La demoiselle de ce trio, c’est la vampire centenaire vierge qui faisait office de pseudo-compagne de Kolher. Magnifique, elle est pourtant hyper mal dans sa peau. Et Fritz… c’est le majordome un poil flippant (je trouve) avec ses « Maître » et « Maîtresse ». Un mélange de Niles d’une Nounou d’enfer et de Riff Raff du Rocky Horror Picture Show. Flippant, je vous dis !

Côté style… Bah, c’est de la bit-lit quoi. Y a pas de style… ça se lit vite, c’est tout. C’est moins vulgaire qu’Anita Blake ou Riley Jenson (c’est déjà ça) et les descriptions sont suffisantes pour que le lecteur puisse s’imaginer un minimum ce qu’il lit. Mais c’est tout, ça ne va pas plus loin et il ne faut pas en attendre plus. Les chapitres sont courts et rythmés, ça se lit vite, point.

Un premier tome qui ne met pas assez en avant le côté fantastique à mon goût, se concentrant plutôt sur la romance entre les deux personnages principaux. Romance ridicule + personnages ridicules = gros fous-rires. Des scènes d’anthologie (la première rencontre entre eux est à noter dans les annales). Un livre pour se vider la tête, oublier tout le reste… une lecture bien « bêtifiante » qui se lit vite. Plus sérieusement : je conçois qu’on puisse aimer, parce que ça se lit vite et que ce n’est vraiment pas prise de tête, mais j’ai lu dix fois mieux en bit-lit et je ne comprends pas l’engouement pour cette série…

Cet avis n’engage que moi, ne me jetez pas la pierre si vous avez adoré.

Une pensée sur “La Confrérie de la dague noire, Tome 1 : L'Amant ténébreux de J. R. WARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cd7d47e8e0f85b0b5be61bebe9114602(((((((((((((((((((((((((((((((