La Maison de la Nuit, Tome 2 : Trahie de P. C. et Kristin CAST

lamaisondelanuit2 trahie p c kristin cast pocket jeunesse
La Maison de la Nuit,

Tome 2 : Trahie

de P. C. et Kristin CAST
Pocket Jeunesse,
2010, p. 354

Première Publication : 2007

Pour l’acheter : La Maison de la nuit, Tome 2

P. C. Cast est née à Watseka dans l’Illinois et a grandi en alternance entre l’Illinois et l’Oklahoma où elle tomba amoureuse des chevaux et de la mythologie. Après le lycée, elle s’engagea dans l’armée de l’air où elle suivit des cours de communication à destination d’un public. Depuis, elle est devenu un professeur à plein temps. Elle est l’auteur de nombreuses séries de romance. P. C. habite à présent dans l’Oklahoma en compagnie de sa fille, d’un chat trop gâté et de deux adorables chiens.

♣ Tome 1 

  

Zoey a trouvé sa place dans la Maison de la Nuit. Désormais, pour exercer son autorité, elle peut compter sur le soutien sans faille de ses amis et de son petit copain Erik. Mais un jour surviennent des événements tragiques : des adolescents humains sont assassinés. Tout laisse à penser qu’il s’agit de l’oeuvre de vampires rebelles… Zoey a besoin de tous ses pouvoirs pour trouver les coupables car la mort frappe, impitoyable… Surtout, aura-t-elle le courage d’affronter la terrible trahison, à laque était loin de s’attendre ?

J’ai découvert le premier tome – Marquée – de cette saga il y a quelques mois et avais été agréablement surprise par ma lecture. Ainsi, lorsque que Metyuro a mis en vente le second tome, j’ai sauté sur l’occasion (et puis, l’argent recueilli allait lui servir à payer son périple parisien pour voir David Garrett… j’ai fait d’une pierre deux coups !).
En plus d’être une lecture commune avec d’autres membres de Livraddict, Trahie entre dans mon challenge YA/Jeunesse et est un des vingt-six titres de mon challenge ABC Imaginaire (le premier a être lu)…
Il y a toujours ce côté très « mystique » chez P. C. Cast (beaucoup de rituels, le côté polythéiste,…), élément que j’avais déjà beaucoup aimé dans ses cycles autour de Partholon (mettant en scène un univers inspiré de la mythologie greco-celtique, avec notamment la déesse Epona) et que j’ai plaisir à retrouver ici, cette fois autour de la déesse Nyx, du monde de la nuit et des vampires. Ce deuxième tome est dans la lignée du premier et, malgré les histoires de cœur de l’héroïne qui me passe un peu (beaucoup) au dessus, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture. Dommage que le troisième tome ne soit pas dans ma PAL…

On retrouve Zoey l’héroïne, un mois après son entrée dans la Maison de la Nuit. Les évènements survenus à la fin du tome précédent ont renforcé ses pouvoirs et modifié son rôle dans l’école. Malgré son statut de première année, elle devient la dirigeante des « Fils et Filles de la Nuit » (le club huppé des lieux, c’est plus fun que le club d’échecs !) et commence une formation pour devenir grande prêtresse. Sa marque particulièrement bien formée par rapport à son statut de novice et étrangement étendue (jusque sur ses épaules) prouve chaque jour à tous que Nyx l’a marquée car elle est spéciale. Alors qu’elle voulait juste se fondre dans la masse et entrer dans la grande famille des vampires (pour remplacer sa famille biologique qui l’a complètement abandonnée), Zoey est propulsée sur le devant de la scène et à la tête… de nombreuses difficultés !

ZoeyredbirdA vrai dire, Zoey est le stéréotype de l’héroïne qui réussit tout du premier coup et attire toutes les figures masculines des environs. C’est parfois un peu facile et même… agaçant. Surtout ce talent de séductrice. 17 ans à peine et tous les mecs à ses pieds cette pimbêche ! « Oh bon sang, lequel dois-je choisir ?… Heath est mon ami d’enfance, je l’aime depuis toujours mais il est parfois tellement stupide… et puis ce n’est qu’un humain ! Erik est si beau et si gentil… mais Loren, ah Loren… quel homme (vampire) ! Oui mais c’est un professeur et il a au moins 21 ans ! »Pppfff… qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ? Bon, il faut reconnaître que même si cet aspect est présent, il n’est pas non plus envahissant, donc ça va, c’est supportable.
Le côté romance adolescente aurait peut-être eu plus d’intérêt si les amoureux de Zoey avaient eu un peu plus de relief. Heath est envahissant depuis le début du premier tome et il ne sert à rien, à part attirer des ennuis à l’héroïne qui n’arrive pas à s’en dépêtrer. Erik est canon et il est brillant. Mais c’est tout. Charisme zéro (il est quand même censé être un vampire novice, il pourrait faire un minimum d’efforts…). Seul Loren semble avoir de quoi tirer son épingle du jeu (je ne le sens pas trop celui-là…) mais j’attends d’en apprendre plus sur lui dans les tomes suivants pour me faire une idée plus précise.
Finalement, les personnages les plus intéressants à mon goût sont les ami(e)s de la demoiselle, notamment sa camarade de chambre, Lucie ; mais également Neferet la grande prêtresse (je le savais ! Sous ses airs maternels, la veuve noire sommeille ! C’était évident !) et surtoutAphrodite qui gagne l’apparence de la garce de service mais qui cache beaucoup plus (j’en suis sûre !).

Si dans le tome précédent, j’avais adoré la mise en place du contexte (les règles de l’école, les différents rituels, la vie et la place des vampires dans le monde…), j’ai été déçue par la relative absence de cet aspect dans ce deuxième tome. On assiste à aucun cours, on n’apprend rien de plus sur le fonctionnement de l’école ou sur le monde des vampires en général (à part peut-être au sujet de « l’empreinte », les quelques paragraphes étaient intéressants mais trop peu nombreux et pas assez développés à mon goût…).

Heureusement, l’intrigue est là pour relancer l’intérêt et je dois dire que le rythme est tel qu’on ne voit pas les pages passer. Des élèves humains de l’ancien lycée de Zoey disparaissent et sont retrouvés morts, vidés de leur sang et le corps lacéré. Les vampires sont évidemment suspectés par la police mais l’héroïne mène l’enquête de son côté. Aux côtés de Zoey, le lecteur met le doigt sur des éléments suspects… et même si l’on se doute dès le début de celui qui est derrière tout ça, on n’a pas toutes les pièces du puzzle.
Un évènement surprenant survient dans la dernière partie du texte. Même s’il est particulièrement tragique, j’ai justement beaucoup aimé cette prise de partie des auteures qui évitent ainsi le texte simpliste et offrent un peu plus de relief et de profondeur à leur histoire et à leurs personnages.
Ce que je trouve en revanche dommage, c’est que ce deuxième tome ne nous offre pas une « vraie » fin avec les réponses aux questions qu’on attend tout au long de notre lecture. On reçoit effectivement la confirmation de l’identité du coupable, mais pas le pourquoi du comment. Alors oui, c’est bien joué parce que ça incite les lecteurs à acquérir le tome suivant au plus vite, sauf que je ne l’ai pas dans ma PAL, alors ça m’agace…

Côté plume, j’aime beaucoup le style de P.C. Cast. Ses histoires sont toujours très imagées, j’ai presque l’impression de lire des scénarios de cinéma : on s’imagine très facilement les scènes ce qui rend la lecture très agréable. L’auteure parsème, qui plus est, sont texte de nombreuses touches d’humour et de beaucoup de références contemporaines (elle parvient même à citer les fesses d’Ewan McGregor dans Moulin Rouge… oui oui !). 

Alors évidemment, c’est loin d’être de la grande littérature, ça reste très « jeunesse » dans le fond et dans la forme, mais ça détend. Je me demande d’ailleurs si je ne tenterai pas la lecture des tomes suivants en VO… Les livres sont moins chers, sortent en anglais bien avant la traduction française… mais ça risque de dépareiller un peu dans ma bibliothèque. Est-ce que quelqu’un sait si le format est le même que celui de l’édition française (Pocket Jeunesse) ?

 

5 pensées sur “La Maison de la Nuit, Tome 2 : Trahie de P. C. et Kristin CAST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8e08f4b38635563c598063d505ddfa0a555555555555555555555