Les Loups de Mercy Falls, Tome 1 : Frisson de Maggie STIEFVATER

loups de mercy falls 1 frisson maggie stiefvater
Les Loups de Mercy Falls,
Tome 1 : Frisson

de Maggie STIEFVATER
Hachette Jeunesse (Black Moon), 
2010, p. 478

Première Publication : 2009

Pour l’acheter : Les Loups de Mercy Falls, Tome 1

À vingt-sept ans, Maggie Stiefvater est une artiste accomplie : écrivain, dessinatrice et musicienne, elle a toujours été bien trop excentrique pour garder un emploi stable. Elle habite en Virginie, au milieu de nulle part, avec son mari, leurs deux enfants, deux chiens névrosés et un chat.

  

Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. A 11 ans, elle s’est faite attaquée par une horde de loups mais a survécu malgré les morsures, sauvée par un des loups de la bande. Les années ont passé, et un lien étrange s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. 
Lorsque Jack, un élève de son lycée, est retrouvé mort suite à une attaque identique à celle de Grace, la ville lance des chasseurs à travers la forêt. La plupart des loups parviennent à échapper aux balles, mais pas celui de Grace. Grace trouve alors devant chez elle un jeune homme blessé au regard étrangement familier…

Reçu il y a quelques mois lors d’un troc, j’ai profité de l’organisation d’une lecture commune sur Livraddict pour sortir Frisson de ma PAL. Le résumé ne me tentait pas plus que ça mais collection Black Moon oblige et les très bonnes notes sur Bibliomania et les très bons échos reçus çà et là m’ont rendue curieuse et m’ont décidée à le demander en échange.
Après lecture, je me félicite de ne pas avoir sorti mon porte-monnaie pour acquérir ce premier tome des Loups de Mercy Falls parce que je n’ai absolument pas accroché. Etant donné que la majorité des lecteurs sont ravis de leur découverte, il faut croire que je suis complètement passée à côté. Pas le bon moment pour moi ? Je n’en sais rien. Toujours est-il que je ne garderai aucun souvenir de cette lecture et que je n’ai pas l’intention de la refaire un jour !

Dix jours à peine après avoir tourné la dernière page, je suis incapable de me remémorer l’intrigue. Il faut avouer qu’en y réfléchissant un peu, on se rend compte qu’intrigue et actions, ben il n’y en a pas des masses ! Grace découvre le secret de Sam et [ATTENTION SPOILER] tous deux se rendent compte que ce dernier vit ses derniers moments d’humanité [FIN DU SPOILER] et dans la toute dernière partie du texte, ils cherchent un moyen de régler ce problème. Ok. Et c’est tout ? Ben oui (enfin, j’oublie une sous-intrigue vite expédiée avec « l’affaire Jack »). 
Je conçois parfaitement que l’auteure ait voulu centrer ce premier tome sur la rencontre des deux personnages principaux et sur leurs émotions, sauf que je n’ai absolument pas adhéré à leur histoire. Autant je peux craquer pour des amourettes ultra niaises (quoique, de moins au moins au fil des années, j’aime à penser que je mûris un minimum…), fleur bleue que je suis, autant là, je n’ai ressenti aucune émotion et n’ai absolument pas compris/réussi à concevoir leur histoire d’amour. 
Dès les premières pages, dès les premiers instants de ma lecture, j’ai ressenti une gêne, trouvant toute cette histoire et les personnages bizarres, à la limite du vraisemblable. Alors oui, je sais qu’il s’agit d’un livre à ranger dans la catégorie Imaginaire de nos bibliothèques, mais ça n’empêche pas un minimum de vraisemblance. Là, je ne suis entrée dans l’histoire à aucun moment, j’ai survolé les « aventures » de Sam et Grace ; jamais je n’y ai cru.

maggiestiefvaterCôté personnages, outre leurs façons d’agir vraiment étranges (et personne dans la petite ville ne s’étonne de rien… normal. Par exemple, question qui m’a taraudée pendant toute ma lecture : personne ne s’étonne de ne voir débarquer Sam que quelques mois dans l’année ? Personne ne se demande où il est et ce qu’il fait en hiver ? Genre, quand il a pris son poste à la librairie du coin, personne n’a demandé qui était ce mec et ce qu’il foutait là ?), je ne me suis pas du tout attachée à eux et je ne sais pas comment expliquer mon ressenti, mais je les ai trouvés « mous ». Comme si tout et tout le monde dans ce livre agissaient à deux à l’heure ou étaient entourés d’une bulle de coton. Impressions difficiles à retranscrire avec des mots… disons que le terme qui me vient en tête pour qualifier l’ensemble est « engourdi » ce qui, je le concède, va assez bien avec le titre, l’illustration et le « climat » général de ce livre…
Quant à la romance entre les deux protagonistes principaux, malgré le fait que Grace et Sam se côtoient depuis des années (enfin, l’un des deux sous forme animale, ce qui ne facilite pas la communication…), je l’ai trouvée un peu précipitée, à la limite du cheveu sur la soupe… en bref : invraisemblable (oui, j’aime ce mot). Qui plus est, Grace est au début présentée comme une adolescente timide et réservée, ce qu’elle n’est finalement pas du tout en présence de Sam (à la limite de l’adolescente en chaleur) alors que lui joue les types prudes au possible (mais oui bien sûr…). 
Je n’ai retenu quasiment aucun des noms des personnages secondaires qui ne m’ont absolument pas marquée ou convaincue, que ce soit dans l’entourage de Sam ou de Grace ; à part les parents de cette dernière, complètement puérils et irresponsables.

Côté style, si l’alternance des points de vue (des chapitres présentés à travers les yeux de Grace, les autres à travers ceux de Sam) était une très bonne idée de départ, elle n’a pas fait mouche chez moi. Je trouve que Maggie Stiefvater n’a pas su bien différencier ses deux voix narratives ce qui fait que, souvent, je devais retourner en arrière à la première page du chapitre (le titre précise à chaque fois le nom du narrateur) pour me souvenir quel était le personnage qui se cachait derrière le « je ». Ok, je n’étais pas des masses concentrée pendant ma lecture, mais quand même !
Pour le reste, même si la plume (ou la traduction ?) est plutôt fluide, vu que je n’arrivais pas à entrer dans l’histoire, j’ai eu du mal à tourner les pages et j’ai été sacrément soulagée de parvenir enfin au bout !

J’arrête avec les points négatifs et termine avec du positif : l’univers lupin de Maggie Stiefvater. La transformation des loups-garous et son explication diffèrent complètement de ce que j’ai pu lire jusque là. L’importance de la température extérieure sur le processus est une idée originale, qui m’a plu. Malheureusement, et c’est là la limite de mon point positif, à part cet élément, tout le reste est passé à la trappe ou tout juste effleuré… quelle est l’Histoire des loups-garous, d’où viennent-ils ? Y en a-t-il d’autres dans le monde ? Mystère complet. C’est un peu léger, non ?
Finalement, voilà un vrai point positif un peu atténué par son manque de développement et de profondeur, et c’est bien dommage ! Peut-être y a-t-il plus d’éléments de réponse dans les tomes suivants ? Peut-être. Mais je ne suis vraiment pas certaine d’avoir le courage d’aller un jour les découvrir…

 

4 pensées sur “Les Loups de Mercy Falls, Tome 1 : Frisson de Maggie STIEFVATER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

36fec12524260b81eb6ec02c3ceee7d066666666666666