La Maison de la Nuit, Tome 1 : Marquée de P. C. et Kristin CAST

Lamaisondelanuit tome 1marquee p. c. cast
La Maison de la Nuit,

Tome 1 : Marquée

de P. C. et Kristin CAST
Pocket Jeunesse,

2010, p. 329

Première Publication : 2007

Pour l’acheter : La Maison de la Nuit, Tome 1

P. C. Cast est née à Watseka dans l’Illinois et a grandi en alternance entre l’Illinois et l’Oklahoma où elle tomba amoureuse des chevaux et de la mythologie. Après le lycée, elle s’engagea dans l’armée de l’air où elle suivit des cours de communication à destination d’un public. Depuis, elle est devenu un professeur à plein temps. Elle est l’auteur de nombreuses séries de romance. P. C. habite à présent dans l’Oklahoma en compagnie de sa fille, d’un chat trop gâté et de deux adorables chiens.

 Tome 2 

♣ ♣ ♣

Entrez dans la Maison de la Nuit à vos risques et périls.
Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres…
Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s’approche d’elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit : « Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t’attend à la Maison de la Nuit ». A ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais – elle le sait – elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou… mourir.

P.C. Cast est une auteure qui ne m’est pas inconnue puisqu’il y a quelques années déjà, j’ai lu les cinq tomes (actuellement sortis en France) des deux cycles de Partholon et mis à part les deux derniers qui m’avaient déçus, les trois autres avaient largement été à la hauteur de mes espérances ! Quand j’ai découvert qu’elle était l’auteure d’une autre série (avec sa fille Kristin), qui plus est sur les vampires, j’avais très envie de me lancer, mais difficile de trouver ce premier tome d’occasion au hasard de mes visites en librairie… Récemment, c’est grâce à un troc que le miracle s’est produit j’ai pu me le procurer. Merci à Alicja pour cet échange !
Je ne m’attendais pas à quelque chose d’extraordinaire mais je dois avouer que, malgré quelques défauts, ce premier tome est vraiment très sympathique, plus original et abouti que j’aurais pu le penser ! Comme quoi, il vaut souvent mieux ne pas attendre grand-chose d’une lecture ce qui amène parfois de très bonnes surprises ! Il ne me reste plus qu’à me procurer les tomes suivants ce qui, j’espère, arrivera vite !

Alors qu’elle fouille dans son casier de lycée auprès de sa meilleure amie, Zoey est subitement « marquée » par un vampire. Bien vite, les effets du changement se font sentir : une toux incontrôlable, une sensibilité accrue à la lumière et surtout, une marque au milieu du front. Face aux preuves de la « monstruosité » de la jeune fille, ses amis lui tournent le dos et sa famille la rejette au lieu de la conduire à la Maison de la Nuit où on s’occupera d’elle. Combative, Zoey s’enfuit de chez ses parents et se rend chez sa grand-mère, une descendante Cherokee avec laquelle elle est très proche. Alors qu’elle cherche la vieille femme dans les montagnes, elle chute, se blesse à la tête et… voit l’apparition de Nyx, la grande déesse de la Nuit, qui la marque à nouveau et lui apprend qu’elle aura un destin hors du commun ! Zoey se réveille quelques heures plus tard à la maison de la Nuit où elle rencontre la grande prêtresse Neferet qui la prend sous son aile.
Très vite, la jeune fille rencontre ses nouveaux camarades de classe et de dortoir, notamment la douce et timide Lucie avec qui elle partage sa chambre ; mais rien n’est simple et ordinaire dans cette école pour apprentis vampires. Zoey a une marque différente de celle des autres vampires novices, ce qui lui attire rapidement les foudres de la reine des élèves, Aphrodite. En plus de cette phase d’adaptation, Zoey découvre que les élèves censés être morts – n’ayant pas supporté la transformation – se baladent tels des zombies dans les coins sombres de l’école…

Ce premier tome a comme un petit goût d’Harry Potter avec cette école pour apprentis vampires dans laquelle l’héroïne se créé une petite bande d’ami(e)s fidèles pour combattre les Serpentards… euh non, les Fils et Filles de la Nuit (le groupe d’élèves « branchés » qui détestent les humains qu’ils appellent les « frigos »). Et n’oublions pas que Zoey a une marque sur le front. Certes, tous les vampires l’ont, mais la sienne est différente… Cependant, malgré toutes ces ressemblances, je n’ai pas été gênée outre mesure et j’ai vite mis de côté le parallèle avec le monde de J.K. Rowling. Chez les filles Cast, les humains sont au courant de l’existence des vampires (contrairement aux moldus pour les sorciers) et, dans cette Amérique du Nord, ils parviennent tant bien que mal à l’accepter. La transformation est plutôt perçue comme une malédiction et pour de nombreuses personnes, comme une monstruosité méritée. La famille de Zoey en vient même à le lui reprocher, comme si elle avait choisi d’être marquée…
Humains et vampires vivent donc dans une paix relative, les vampires ne tuant pas les humains pour se nourrir. On sent qu’il y a des lois, toute une histoire et une hiérarchie derrière tout ça, mais c’est juste effleuré dans ce premier tome. Une fois installée à la Maison de la Nuit, Zoey a, de toute façon, très peu de contacts avec l’extérieur et les humains ; et c’est tout un nouveau mode de vie qu’elle doit apprivoiser

PCKristincastDécouvrir le « quotidien » de ces « bébés vampires » dans leur école est une des choses qui m’a le plus plu ici. Pour commencer, comme les vampires sont un peu trop sensibles à la lumière du jour, les cours se déroulent… la nuit ! Et quels cours ! Des cours d’équitation, d’escrime, de théâtre, de poésie, de chant, de sociologie vampiriques… On apprend que la plupart des grands artistes du monde (acteurs, chanteurs, écrivains,…) sont en fait des vampires et que les Amazones en étaient également… Le lecteur reçoit les informations en même temps que Zoey, c’est vraiment très sympa. En revanche, il y a une chose qui me chagrine : Zoey débarque à la maison de la Nuit et entre logiquement en première année. Cependant, ses camarades de première année sont là depuis plusieurs mois (trois pour Lucie, par exemple) mais ils suivent quand même les mêmes cours… d’introduction ?! Les profs reprennent le programme à zéro car une nouvelle élève vient d’arriver ? Bizarre…
La scolarité à la maison de la Nuit dure quatre ans. Après cette période, le novice devient un « vrai » vampire ou meurt car la transformation échoue. Celle-ci peut tuer des élèves bien avant… En première année, dans la classe de Zoey, par exemple… J’ai bien aimé l’idée du symbole et des cours différents selon le « grade » des élèves.

Au niveau des personnages, et comme pour Harry Potter, on ne peut pas dire que le héros soit celui que je préfère. Bien sûr, Harry et Zoey sont sympathiques, mais ils ne sont vraiment rien sans leurs amis, sans les personnages secondaires… Dans l’entourage de Zoey, on fait la connaissance de Lucie, douce et réservée mais qui a, j’en suis sûre, beaucoup de potentiel ; Damien le gay qui met de la bonne humeur ; Shaunee et Erin les deux amies inséparables ; Erik Night le beau gosse de l’école (forcément !) et évidemment Aphrodite, la garce de service ! Tous ne sont qu’effleurés pour le moment mais on perçoit des petites choses pour certains et j’ai hâte de gratter un peu plus loin… avec Aphrodite par exemple, peut-être pas juste une garce et Néferet également, peut-être pas si bienveillante que ça finalement…

Je suis du genre à aimer classer les choses (enfin, dans ma bibliothèque) alors je me suis posée la question du genre pour cette série. Serait-on en présence d’une nouvelle saga « bit-lit » ? Il y a certes des créatures aux dents longues dans un monde « contemporain » au notre (j’entends par là que cette histoire prend place sur terre, au XXIème siècle et mis à part les vampires, tout est similaire à ce que nous connaissons !) mais peut-on quand même parler de bit-lit ? Après un petit tour sur une conversation très intéressante sur Livraddict, je classerais plutôt ce titre en YA (Young Adult) au vu de l’âge des protagonistes et du côté très « soft » des histoires de coeur (pas de sexe ici). Dans tous les cas, je pense qu’on peut dire qu’on reste dans une sous branche de la fantasy, et c’est déjà pas mal !
P.C. Cast et sa fille ont choisi d’utiliser la première personne du singulier pour la narration. On suit l’histoire du point de vue exclusif de Zoey, on découvre donc les choses en même temps qu’elle. Ce choix, que je trouve très commode pour un livre du genre, lié à de courts chapitres, transforme cette lecture en un très bon moment de divertissement. Les adolescents peuvent se lancer sans crainte de tomber sur quelque chose de difficile, et ceux qui ont quelques années de plus passeront sans doute un agréable moment, sans prise de tête.

Ce premier tome met en place les bases d’une saga qui s’annonce assez longue (12 tomes sont prévus, apparemment). On perçoit de petites choses, on doute de certains personnages… Bref, on a envie d’en savoir plus et donc de lire la suite !

Une pensée sur “La Maison de la Nuit, Tome 1 : Marquée de P. C. et Kristin CAST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

102323c8f4b04428c193a81287862a41ssssssssssssssssss