Alice 19th, Tome 1 de Yuu WATASE

alice-X.tif
Alice 19th,
Tome 1

de Yuu WATASE
Glénat,

2003, p. 181

Première Publication : 2001

Pour l’acheter : Alice 19th : Tome 1

 

Yuu Watase est une dessinatrice de manga. Elle est née dans la ville de Kishiwada, Ōsaka, le 5 mars 1970. Ses histoires entrent dans la catégorie des shōjo manga et mêlent le plus souvent humour et fantastique.

Arata, Tome 1

Un matin, Alice Séno sauve un étrange petit lapin blanc. Cet incident la rapproche de Kyô Wakamiya, le garçon dont elle est éprise… mais cela ne suffit pas pour empêcher sa sœur et ce dernier de sortir ensemble. C’est alors qu’Alice retrouve le lapin qui se transforme en fille appelée Nyozéka et apprend à notre héroïne qu’elle est une Lotis Master…

Souvenez-vous, il y a quelques mois, je me plaignais de mon inculture dans le domaine des mangas et avais demandé à Matilda de me conseiller quelques séries. La demoiselle ne s’est pas contentée d’un mail explicatif, non, elle m’a fait parvenir cinq premiers tomes, dont celui-ci. Merci à nouveau !
Après mon premier RAT en octobre, je savais que pour le suivant, il fallait que je prévois un ou deux mangas, histoire de me détendre entre deux livres remplis de pages pleines de mots. J’avais donc installé le premier tome d’Alice 19th près de moi, au cas où, et sa lecture a effectivement été divertissante !
En fait, je m’attendais à une simple réécriture moderne du Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, mais non, pas du tout. S’il y a bien un point ou deux qui m’ont un peu déçue ; dans l’ensemble, j’ai apprécié et je n’attends que d’avoir fini cette chronique pour me jeter sur les tomes 2 et 3, d’ores et déjà dans ma PAL !

yuuwataseAlice, 15 ans, est une jeune fille timide qui n’a pas encore trouvé le domaine dans lequel elle excellera. Moyenne en tout, elle voit chaque jour sa sœur d’un an son aînée – Mayura – réussir tout ce qu’elle entreprend. La jolie blonde a tout pour elle et a même remporté le titre de « Miss du lycée » l’année passée. Tout le monde s’attend à ce qu’elle sorte avec Kyô, jeune garçon de son âge avec qui elle pratique le Kyûdo (tir à l’arc traditionnel). Mayura, toujours très franche, avoue ses sentiments à Kyô. Alice qui a suivi la scène un peu plus loin, s’effondre. Amoureuse elle aussi du garçon, elle n’a pas eu le courage de lui avouer ses sentiments, ne se sentant pas à la hauteur.
Sa vie prend un chemin différent le jour où elle sauve un lapin « albinos » sur un passage piéton. Celui-ci se révèle être une sorte de « jeune fille » – appelée Nyozeka – qui apprend à Alice qu’elle a le pouvoir de maîtriser les mots car elle est un « Lotis Master » novice…

Comme je le disais plus haut, en voyant le titre, je m’attendais à une réécriture moderne de l’histoire de la petite fille poursuivant le lapin blanc. Finalement, à part le lapin parlant, la figure de la grande sœur et le prénom de l‘héroïne bien sûr, je n’ai rien noté de similaire. Qui plus est, la Alice offerte par Yuu Watase est très réservée, contrairement à la Alice de Lewis Carroll qui plutôt du genre bavarde (et même un peu trop !)…
La première grosse moitié de ce premier tome pose les bases de l’histoire. En la lisant, je me demandais vraiment où l’auteure voulait nous emmener. Pas que l’intrigue soit difficile à comprendre mais seulement qu’à part la rencontre avec la « lapine » étrange, il ne se passe pas grand-chose. C’est à partir du moment où Alice utilise son pouvoir par inadvertance que les évènements s’accélèrent et qu’on prend la mesure de son don…
Yuu Watase nous offre une héroïne terriblement attachante car particulièrement « banale ». Pas difficile d’être touchée par cette adolescente qui se sent nulle et dans l’ombre de sa grande sœur. Son côté timide, réservé, a su me plaire et son attachement profond pour Kyô est également touchant. Celui-ci est d’ailleurs une figure masculine (quasi la seule de ce premier tome) qui me plaît. Calme, posé, protecteur… on sent qu’il y a quelque chose à creuser… Et puis, malgré tous les attraits de Mayura, c’est par Alice qu’il semble être attiré. Mayura n’est pas un personnage auquel je me suis attachée. Bien sûr, comme Alice est l’héroïne et que les deux sœurs sont en conflit, l’aînée a un peu le mauvais rôle. Je ne sais pas comment elle évoluera par la suite, mais pour le moment, elle ne m’est pas sympathique. Nyozeka la lapine est l’élément un peu « amusant » de ce volume tout en étant la figure qui révèle ses pouvoirs à l’héroïne. On ne sait rien sur cette « chose » mais on sent déjà qu’elle accompagnera Alice quoi qu’il arrive (un peu comme Luna dans Sailor Moon et Kero dans Sakura). A la dernière page, un nouveau personnage masculin fait son apparition, et vu sa dégaine, je sens déjà qu’il va me plaire !

kyoFinalement, ce qui m’a le plus déçue dans ce manga, c’est le dessin. Le dessin d’Alice surtout.
Oui, je le conçois, l’adolescente est censée être « moyenne » et effectivement, comparée au dessin de sa sœur, elle l’est. Je comprends parfaitement ce choix, mais je reste un peu déçue. Ce n’est pas tellement le visage de la demoiselle – qui est mignon – qui me déplait, mais plutôt son allure générale, ses vêtements. Jamais je n’aurais cru porter attention à ce point-là, mais il faut se rendre à l’évidence, le style (ou plutôt son manque) d’Alice est atroce ! Tous les autres personnages ont beaucoup de « classe », dégagent quelque chose… Alice c’est nada. Cela dit, encore une fois, si c’est voulu pour coller à la personnalité de la jeune fille, je dis chapeau, car c’est réussi ! J’espère bien qu’avec la découverte de ses pouvoirs et la prise de confiance en elle, elle va prendre du charisme et je croise les doigts pour que cela se ressente dans le dessin.
Sinon, comme je le disais, les autres personnages sont très beaux. Mayura est jolie et « fraiche », Kyô est sacrément mignon et le personnage qui fait son entrée à la dernière page s’annonce… intéressant ! Petit coup de cœur pour le dessin de Nyozeka qui oscille entre le « trop chou » et le kitsch… on ne sait pas trop si c’est humain, mais on aurait bien envie de l’avoir en peluche !

Mis à part le dessin d’Alice et la première partie un peu lente – deux points qui ne sont finalement pas de « vrais » points négatifs -, je n’ai rien à reprocher à ce premier volume ; j’ai même hâte de lire la suite ! Alors, merci Matilda pour cette chouette découverte !

Une pensée sur “Alice 19th, Tome 1 de Yuu WATASE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8e92ada070269749a510542a7aa21131MMMMMM