Indiana Teller, Tome 1 : Lune de printemps de Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN

indianateller tome 1 lune de printemps sophie audouin-mamikonian

coupdecoeur

Indiana Teller, Tome 1 :
Lune de printemps
de Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN
Michel Lafon,
2011, p. 382

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Indiana Teller, Tome 1

Sophie Audouin-Mamikonian (née le 24 août 1961 à Saint-Jean-de-Luz) est une écrivaine française, auteur de livres pour la jeunesse. Elle est titulaire d’un DESS de diplomatie et stratégie et est mariée, mère de deux filles, Diane et Marine, qui sont ses correctrices. Elle a pu développer grâce à ses livres de la série Tara Duncan, un dessin animé diffusé en France . Elle est également l’auteur de Clara Chocolat, petite sœur de Tara, une série pour les jeunes enfants, de La Danse des obèses, un thriller pour adultes et de Indiana Teller, une tétralogie sur les loups-garous dont le premier tome est paru en mars 2011. Très attendue par ses fans depuis cinq ans, sa série pour adolescents et jeunes adultes, La Couleur de l’âme des Anges, est parue le 5 janvier 2012 dans la collection R, aux éditions Robert Laffont. Sophie Audouin-Mamikonian a commencé à écrire à l’âge de 12 ans, avec son premier livre « Chanteclair, le petit phénix d’or », qu’elle a écrit durant les trois semaines où elle était « clouée au lit à cause d’une crise d’appendicite ».

 Indiana Teller, Tome 2  Tome 3  Tome 4 
 La Couleur de l’âme des anges, Tome 1 
 Tara Duncan, Tome 1 

♣ ♣ ♣

Dans les interminables plaines du Montana s’étend le Lykos Ranch. Alentour, les voisins sont loin de se douter que ses occupants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller.
Né de l’union d’une humaine aux pouvoirs mystérieux et d’un loup-garou,Indiana est le petit-fils et seul héritier du chef de la meute. Se sentant étranger parmi les siens, il part en quête d’une vie normale et rejoint l’université du Montana. Là-bas, il fait la connaissance de la troublante Katerina O’Hara et de Tyler Brandkel, le fils d’un éternel rival de son grand-père.
Quand Indiana sort miraculeusement indemne d’un terrible accident en se volatilisant au dernier moment, il comprend qu’il a le pouvoir de rebrousser le temps lorsqu’il est en danger. Voilà un atout précieux, car son accident semble suspect. Quelqu’un a-t-il tenté de l’éliminer ? La sécurité des loups n’a jamais été aussi menacée.

Lorsque Camille des éditions Michel Lafon, m’a proposé ce premier tome des aventures d’Indiana Teller de Sophie Audouin-Mamikonian, je n’ai pas hésité une seconde, ravie de pouvoir enfin découvrir la plume de la créatrice de Tara Duncan.
Et c’est un énorme merci que je lance à Camille, à Michel Lafon et évidemment à Sophie car cette lecture a été un véritable bonheur, un vrai coup de cœur ! Et si Tara Duncan est une saga aussi riche, autant dire que je vais me jeter dessus le plus vite possible !

Indiana, jeune garçon de 17 ans, vit avec ses deux grands-parents et sa Nanny depuis la mort de son père, poignardé par sa mère, celle-ci dorénavant enfermée dans un hôpital spécialisé. La vie d’un adolescent banal n’a rien de drôle, mais Indiana est loin d’être banal…
Fils et petit-fils de loups-garous, le jeune homme a grandi au sein de la plus grande et de la plus puissante meute des Etats-Unis. Malheureusement pour lui, il n’a jamais développé la moindre caractéristique lupine ; toutes ces années il a donc dû subir les moqueries de ses camarades loups-garous, les violences de ceux-ci et par-dessus tout, une grande solitude… Malgré tout, grâce à un allié insoupçonné, Indiana a trouvé les années précédentes, un ami et un entraineur de choc !
A l’aube de l’âge d’homme, se sentant plus que jamais de trop dans la meute et se sentant prêt à affronter le monde extérieur, il parvient à gagner l’accord de sa famille pour aller étudier à l’université du Montana. Là-bas, il doit réfréner les habitudes prises avec les loups-garous et se comporter comme l’être humain normal qu’il est… Le premier jour, il fait la connaissance de Katerina O’Hara – belle petite brunette – et de Tyler Brandkel – petit-fils de l’alpha de la meute adverse -, qui ne manquera pas de devenir son ennemi « politique » et son rival « amoureux » pendant cette année scolaire…. Les évènements s’accélèrent et prennent un autre tournant lorsque quelqu’un tente de tuer Indiana sur le campus…

Après les vampires, la mode glisse doucement mais surement du côté de leurs comparses plus poilus. En voyant le résumé, je me demandais si Sophie Audouin-Mamikonian réussirait à innover, et de quelle façon. J’avais un peu peur de tomber sur des redites… mais j’ai été très agréablement surprise !
L’auteure nous offre une « mythologie » autour du loup-garou qui, sans être totalement originale, est maitrisée et travaillée. On apprend donc que les loups-garous « purs » ne naissent que de deux parents eux-mêmes lupins et que ce que la littérature et le cinéma contemporains appellent loups-garous, c’est-à-dire les hommes qui se font mordre, sont en fait appelés « semis » ici. Ces derniers sont la plupart du temps incontrôlables et extrêmement dangereux, aimant dévorer leurs « proies ».
Le lecteur apprend que les américains, en plus d’être entourés de lycanthropes, vivent sans le savoir, avec des vampires, des fées, des elfes, des sorcières et sorciers… Faire référence à d’autres créatures laissent une belle marche de manœuvre à Sophie Audouin-Mamikonian pour les tomes suivants, et j’ai hâte de lire ça !

Sophie Audouin-MamikonianL’intrigue, de son côté, se transforme rapidement en une sorte d’enquête sur fond fantastique, un peu à l’image de la fantasy urbaine de ces dernières années. Si la recherche du coupable et l’enquête en elle-même ne sont pas très complexes, les révélations sont bien amenées et le rythme est tel qu’on parvient aux dernières pages sans s’en être rendu compte !
J’ai beaucoup aimé la première centaine de pages qui pose le décor, présente les personnages et met en place les bases de l’intrigue. On pourrait croire que cette première « partie » sans vraiment d’actions, est lente et ennuyeuse, mais pas du tout ; je l’ai trouvée absolument passionnante et très bien traitée. Les informations sont données « intelligemment », ni trop peu ni pas assez d’un coup.

Mais ce qui a transformé ma lecture en coup de cœur, c’est le personnage principal, Indiana. Ce jeune homme est hyper attachant, je l’ai adoré dès les premières pages ! J’ai été émue en découvrant son enfance et ses années auprès de la meute, j’ai vibré et souhaité ardemment avec lui que Katerina le remarque… Au premier abord, il apparaît comme le « maillon faible » de sa famille, n’étant pas un loup-garou ; mais il développe d’autres aptitudes car il est courageux et déterminé… et en plus il cache un lourd secret !
Indiana est tellement rayonnant que les personnages secondaires font un peu pâle figure à ses côtés. Katerina est sympathique, mais je n’ai pas eu le coup de foudre pour ce personnage, ni pour les autres d’ailleurs ; Indiana a attiré toute mon attention ! Cela dit, j’ai tout de même apprécié des figures d’Axel (je ne vous révèle pas son rôle…) et celle de Chuck, le loup-garou pataud et un peu bêta, mais qu’on a envie d’aimer comme un gros nounours tout doux !

Ce que j’ai également beaucoup aimé avec cette lecture, et qui m’a rappelé 16 lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl par ce côté, c’est le fait de choisir un narrateur masculin. Ici, Indiana tient ce qu’on pourrait qualifier de journal intime (même si ça n’en est pas un) et utilise donc la première personne du singulier. Une proximité avec le lecteur et la sympathie dégagée par le jeune homme ; il ne m’en fallait pas plus pour que je tombe sous son charme !
Certaines de ses réflexions sont très amusantes et très naturelles. Malgré les loups-garous qui l’entourent, la figure d’Indiana avec ses pensées et ses réactions, est très vraisemblable ; c’est un héros auquel on peut s’identifier ou qu’on adorerait avoir comme ami ! J’ai noté pas mal de références à notre monde que ce soit dans le domaine du cinéma ou dans celui de la littérature fantastiques ; et j’ai souri plusieurs fois à celles-ci ! Bien sur, je n’ai pas l’ouvrage sous les yeux pour vous les citer exactement, mais c’est du genre Underworld et DraculaInutile, après tout ce que j’ai déjà raconté, de vous affirmer que Sophie Audouin-Mamikonian écrit très bien, que la lecture est plus qu’agréable et que ça vaut le coup !

Pendant cette lecture, à plusieurs reprises, j’ai pensé à la saga Mercy Thompson de Patricia Briggs, qui met également en scène des loups-garous ; saga qui pour moi, est une des meilleures du genre.
A mon goût, la qualité de ce premier tome d’Indiana Teller est similaire à cette dernière, seul le « public » visé peut légèrement varié, notamment en rapport à l’âge des héros et donc à leurs préoccupations. Indiana a 17 ans et entre à l’université, Mercy a la trentaine et est mécano, mais ils se ressemblent par bien des aspects (leur solitude du fait de leur différence dans la meute, par exemple).

 

4 pensées sur “Indiana Teller, Tome 1 : Lune de printemps de Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d095c90d8ca43147ccf31511e97fc56c8888888888888888888888888888