La Vie cachée de Katarina Bishop, Tome 1 : Vols en haute société de Ally CARTER

viecachee
La Vie cachée de Katarina Bishop,
Tome 1 : Vols en haute société

de Ally CARTER

Michel Lafon,
2011, p. 313

Première Publication : 2010

Pour l’acheter : La vie cachée de Katarina Bishop, Tome 1

Ally Carter, née Sarah Leigh Fogleman le 1er janvier 1974, est une auteure américaine spécialisée dans les romans Young Adult.

Une famille
Les Bishop, experts dans l’art du vol des oeuvres
de maîtres depuis quatre générations.

Une professionnelle
Katarina Bishop, quinze ans.
Des amis qui n’ont peur de rien.
Un amoureux secret prêt à tout pour lui venir en aide.

Une mission
Récupérer des tableaux inestimables extorqués à
leurs propriétaires durant l’Holocauste… puis dérobés
chez un collectionneur d’art mafieux.
Les toiles sont aujourd’hui cachées dans l’un des musées
les plus sécurisés au monde.

Un compte à rebours
15 jours pour constituer la meilleure équipe de
voleurs au monde et relever le défi.

Un enjeu
Sauver l’un des leurs.

Il s’agit de littérature YA (Young Adult), genre que je lis finalement pas tant que ça ; j’étais donc d’autant plus curieuse de découvrir cette nouvelle saga, pour changer un peu de mes habitudes.
Après lecture et réflexion, même si je n’ai pas passé un moment inoubliable avec l’héroïne d’Ally Carter, ce premier tome aura au moins eu le mérite de me détendre. C’est assez frais, assez bien mené pour qu’on ait envie de tourner les pages et les personnages sont assez attachants pour qu’on veuille suivre leurs aventures jusqu’au bout, et pourquoi pas dans un second tome…

Katarina Bishop – surnommée Kat -, jolie petite brunette de 15 ans, se fait renvoyer injustement du très huppé lycée de Colgan après avoir été accusée – à tort – d’avoir perché la belle Porsche du directeur au sommet de la fontaine de l’établissement.
La jeune femme quitte donc les lieux, bien vite rejointe par le jeune Hale – 16 ans et fils de milliardaire – qui, elle le comprend bien vite, n’est pas étranger à son renvoi. Son ancien ami à un message à lui transmettre : le père de Katarina a des soucis, un mafieux italien l’accuse d’avoir volé cinq de ses toiles de maîtres. Bobby Bishop, coincé à Paris, a Interpol sur le dos, il ne peut donc pas régler le problème seul.
Katarina doit reprendre l’affaire en main, remettre ses chaussures de voleuse (chaussures qu’elle avait abandonnées depuis plusieurs mois pour devenir une adolescente « normale »), et monter une équipe de voleurs professionnels pour mettre un plan au point. Elle n’a que 15 jours pour mener à bien sa mission, ça ne va pas être de tout repos pour les jeunes gens !

Au vu de la couverture (très pailletée), j’avais peur de me plonger dans un texte très « girly » et mes lecteurs savent à quel point chick-lit & Co’ ne sont pas mes amis… Mais en fait, ouf, pas du tout ! Bien sûr, comme l’héroïne est une jeune fille et une adolescente de surcroit, on a quelques passages un peu… « girly » (désolée, je ne trouve pas d’autres mots pour expliquer ça !) ! Mais c’est assez rare pour ne pas m’avoir gênée et pour seulement me donner une impression de fraîcheur et de bons sentiments.
Le style, destiné aux jeunes adultes est fluide, sans fioriture. J’ai donc dévoré ce titre en quelques heures seulement. Parfois, ça fait du bien de lire quelque chose de léger…
Un petit mot pour féliciter celui (ou celle) qui s’est chargé de la mise en page du livre : les différentes parties sont séparées par une page entièrement décorée par une sorte de carte du monde, mais dans le style « ancien ». C’est très joli !

AllyCarterJ’ai aimé le thème de cette histoire. La mode est en ce moment aux vampires et autres créatures qui ont du mordant ; et, même si j’aime ce genre d’histoires, c’est agréable de découvrir un titre qui sort du lot et met en scène des êtres humains normaux. Enfin normaux… Katarina Bishop et son entourage (cousine et cousins « par alliances ») font partie des adolescents les plus doués de leur génération et mettent leurs dons au service du vol… Mais, un peu à l’image de Robin des bois, ce sont de « bons » voleurs. J’ai beaucoup aimé l’idée des liens très forts qui réunissent cette grande « famille ».
En revanche, je suis un poil déçue par le ton parfois trop « léger » qui ressort de toute cette intrigue. La mission est annoncée comme difficile et échouer aurait d’horribles conséquences… mais on survole un peu tout ça, presque le sourire aux lèvres tout du long. Devant la « désinvolture » des adolescents, on ne prend pas l’intrigue tellement au sérieux, et il faut dire que j’ai eu du mal à la trouver « vraisemblable ».
Cela dit, le but de ce premier tome n’est pas de nous offrir un roman d’espionnage noir mais quelque chose de léger et distrayant et en ce sens, il remplit parfaitement son rôle.

J’aurais également un petit bémol à apporter au niveau du « contexte ». Katarina et ses amis voyagent d’un bout à l’autre du globe (Etats-Unis, Italie, France, Angleterre,…) en quelques heures (c’est ça d’avoir un ami fils de milliardaire !), mais les descriptions qui auraient pu ancrer un peu plus cette histoire, sont tellement rares que j’ai eu du mal à m’imaginer certains lieux et certaines scènes.
Encore une fois, j’ai eu cette impression de « survol » des choses… mais, je le répète, le but d’Ally Carter n’est certainement pas de faire un compte-rendu détaillé des escales de ses personnages.

Il faut donc se laisser porter, sans trop se poser de questions, par cette histoire pleine de fraicheur et de bons sentiments qui met en avant les liens forts qui unissent une famille bien particulière… Un bon moment de détente aux côtés de la jolie Katarina Bishop.
Je remercie une nouvelle fois Camille et les éditions Michel Lafon pour cette découverte revigorante !

Une pensée sur “La Vie cachée de Katarina Bishop, Tome 1 : Vols en haute société de Ally CARTER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d29b02ed6f89bb1e8fe67b4589123777|||||||||||||||||||