La Communauté du Sud, Tome 9 : Bel et bien mort de Charlaine HARRIS

la communauté du sud tome 9 charlaine harris bel et bien mort j'ai lu
La Communauté du Sud,

Tome 9 : Bel et bien mort
de Charlaine HARRIS
J’ai lu,
2010, p. 351

Première Publication : 2009

Pour l’acheter : La Communauté du Sud, Tome 9

Charlaine Harris (née le 25 novembre 1951) est une romancière américaine. Elle écrit des romans policiers et des romans d’amour paranormaux. Le premier tome de sa série La Communauté du Sud a fait l’objet d’une adaptation en série télévisée en 2008 sous le titre de True Blood.

La série décrit une coexistence entre vampires et humains au cœur d’une petite ville de Louisiane. Au cœur de cette coexistence se trouve le «True Blood», une boisson à base de sang de synthèse qui permet aux vampires de se nourrir. Si certains essaient de s’intégrer, d’autres au contraire, refusent ce sang synthétique et continuent à se nourrir de sang humain. Quant aux humains, la peur de l’inconnu les envahit et le racisme anti-vampires augmente au fur et à mesure que les meurtres se succèdent. Au coeur de ce conflit, l’amour entre Sookie, serveuse au Merlotte’s, et Bill, un vampire.

 Tome 1  Tome 2  Tome 3  Tome 4 Tome 5
 Tome 6  Tome 7  Tome 8  Tome 10  Tome 11 

♣ ♣ ♣

« Après la sortie du cercueil très médiatisée des vampires, c’est au tour de mes amis changelings de sortir du bois. Moi, Sookie, j’avais peur de la réaction des habitants de Bon Temps… Et je n’avais pas tort ! Comme d’habitude je dois jouer la super détective. Mais qui va me protéger, moi ? Pas besoin d’être voyante pour se rendre compte que les problèmes ne font que commencer… »
Alors que de nouvelles créatures surnaturelles dévoilent leur existence aux humains,Sookie Stackhouse, serveuse télépathe, est très inquiète. Ses peurs prennent vie quand une panthère-garou est assassinée. Mais la jeune femme est elle aussi en danger : le FBI s’intéresse à elle de très près, et il semblerait qu’une chose ancienne et puissante ait une dent contre elle…

C’est avec une très grande impatience que j’attendais la sortie de ce neuvième volet de La Communauté du Sud, le huitième tome m’ayant fait une très bonne impression. C’est donc tout naturellement que j’ai commandé ce neuvième opus sur Amazon pour l’avoir en exclusivité et c’est très fébrilement que je l’ai ouvert et que j’ai dévoré les premières pages.
Mais voilà, je n’ai pas retrouvé l’engouement que m’avait procuré le tome précédent, et je peux le dire maintenant, cette lecture est une grosse déception. J’ai terminé l’ouvrage en question il y a une semaine maintenant, et je me rends compte, que seulement sept jours après, j’ai déjà oublié pas mal de choses et c’est très dur d’écrire un avis complet et organisé ; la preuve en est que ce neuvième opus est loin de m’avoir marquée et enchantée…

Après les vampires, quelques années auparavant, les changelings ont enfin décidé de faire leur coming-out, un beau soir de janvier. Chez Merlotte, Sam fait la démonstration à ses clients alors que le reste de la planète peut constater le phénomène grâce à une émission retransmise à la télévision. Le monde des humains est partagé. Certains semblent assez sereins face à la révélation, d’autres ayant moins de sang-froid et de tolérance réagissent violemment. Est-ce à cause de son statut de panthère-garou que Crystal, la femme de Jason – le frère de Sookie – est sauvagement assassinée et crucifiée sur des planches de bois sur le parking du bar de Sam le changeling ? Sookie, bien malgré elle, se retrouve contrainte d’enquêter sur le meurtre ; Crystal était tout de même sa belle-sœur. Les recherches piétinent et la jolie télépathe doit également faire face à un danger bien plus grand. En effet, le monde des fées est en ébullition depuis que son existence est connue des ennemis de son arrière-grand-père – Niall ; et ceux-ci n’auront de cesse de la poursuivre jusqu’à ce que mort s’en suive…
Heureusement, Sookie peut compter sur le soutien des vampires, notamment Eric – le shérif de la cinquième zone qui n’est jamais loin, surtout depuis que leur lien du sang a  été renforcé et que, grâce à un stratagème, il l’a prise pour « épouse » – et Bill, son ancien amant toujours présent ; mais les fées ont plus d’un tour dans leur sac, et les combattre se révélera difficile et entraînera de lourdes pertes… pour les deux camps !

On retrouve une nouvelle fois la petite bourgade américaine de Bon Temps et ses habitants, sur quelques jours à peine, quelques mois après les évènements du tome précédent. L’action se déroule en janvier (le huitième volet prenait place en octobre, si je me souviens bien) et ne s’étend pas bien plus loin que Bon Temps, faisant des va et vient entre la maison de Sookie, son lieu de travail (c’est-à-dire Chez Merlotte, le bar de Sam le changeling) et, plus modérément à Shreveport, dans le bar d’Eric le vampire Viking. Quelques scènes sont dispersées ça et là : au centre commercial, dans une maison abandonnée on ne sait trop où, dans l’hôpital des changelings,… mais je trouve ces dispersions maladroites et seulement présentes pour « combler » les manques du texte, c’est dommage.

En parlant de manques dans le texte, première chose qui m’a interpellée avec ce neuvième tome, c’est son épaisseur ! Alors que le nombre de pages allaient crescendo depuis les premiers volets, voilà qu’avec ce neuvième tome, Charlaine Harris nous retire une centaine de pages ! En effet, Bel et bien mort ne comporte que 350 pages (comptez presque 450 pages pour le tome précédent !), et, l’auteure y arrive péniblement en faisant du remplissage de mauvais goût ! Mais qu’est-il arrivé ?! Où est passée l’évolution positive du style, de l’intrigue, des personnages ?! Faut-il mettre ça sur le dos des obligations de dates de publication ? J’ai vraiment eu l’impression d’un travail bâclé, et je suis très déçue.
Mis à part ces points négatifs, il s’agit toujours d’un volet s’inscrivant dans une saga bit-lit et donc, toujours d’une littérature de divertissement à ne pas prendre au sérieux. Malgré des déceptions multiples, j’ai tout de même passé un bon moment, sans prise de tête et me régalant de quelques scènes bien amenées (elles sont malheureusement rares). Charlaine Harris (à moins qu’il s’agisse d’un effet de traduction) fait toujours des efforts de descriptions (même si celles-ci sont parfois malhabiles) et les dialogues ne sont pas trop envahissants. J’aime toujours les passages d’introspection de Sookie, et ils sont nombreux, puisque le texte est écrit à l’image d’un journal intime, à la première personne du singulier, faisant de la jeune télépathe la narratrice unique.

A l’image des tomes précédents, Charlaine Harris met en place, ici encore, une double intrigue, la secondaire permettant de servir la principale. Mais, alors que je m’attendais à ce que l’intrigue principale soit destinée au coming-out des changelings ; ce sont les problèmes de Sookie qui prennent le devant et le meurtre de Crystal est alors relégué au second plan. Son élucidation est d’ailleurs plus que bâclé, les coupables sont annoncés en une ou deux phrases à peine, et ensuite, on n’en parle plus car, de toute façon, ce qui semble compter, c’est Sookie et rien que Sookie. Le coming-out des changelings et le meurtre de la panthère-garou m’ont finalement semblé être là pour combler, pour faire un peu plus de lignes et de pages ; et pour servir les intérêts de l’héroïne qui est ainsi mise en valeur au premier plan.
Je comprends qu’il s’agisse d’une sorte de « journal intime », donc il est évident que Sookie doive être au premier plan, mais inutile de créer des intrigues secondaires bâclés pour finalement parler des aventures de la jeune femme. Ce système était déjà employé dans les tomes précédents, mais il sautait moins aux yeux à mon goût, il était mieux amené, plus subtile…
L’autre point négatif qui m’a dérangée et qui rejoint un peu le précédent, a rapport avec la rapidité des actions qui encore une fois, me semblent franchement bâclées ! Sookie vit des aventures nombreuses et de moins en moins vraisemblables, mais en plus, tout se déroule très rapidement (sur quelques pages à chaque fois) et tout se termine trop facilement ! Certaines scènes auraient mérité d’être beaucoup plus développées (à la place des intrigues secondaires inutiles par exemple) et Charlaine Harris, si elle voulait faire mourir tant de monde (pourquoi pas, après tout), aurait dû s’y prendre autrement. Les morts pleuvent, des deux côtés (bons et méchants) et c’est vraiment trop… trop !
Ensuite, l’auteure veut nous présenter le monde et les us et coutumes des fées qui n’ont vraiment, mais vraiment rien de féériques. Très bien, c’est une très bonne idée ! Mais voilà, elle nous présente ça de façon très brouillon à mon goût, nous envahissant de noms et de titres à une vitesse vertigineuse et nous abrutissant sur la généalogie présumée de Sookie. Je suis très heureuse de découvrir les origines de notre héroïne – ce qui explique pas mal de choses -, mais Charlaine Harris nous propose des explications (notamment la mort de ses parents) assez « bateaux » finalement. Trop pour être vraisemblables, encore une fois ! Dommage, dommage, il y avait matière pourtant.

Finissons tout de même sur un point positif : la relation Eric/Sookie. Celle-ci prend un tour différent, évolue, grandit, s’accentue… j’aime la direction que prennent les évènements de ce côté-là et j’ai hâte de lire la suite, parce que, évidemment, on nous laisse sur notre faim… Petite mention pour le personnage de Bill et sa relation avec Sookie, là aussi, les choses prennent un tour qui me plaît ; moi qui n’aimais pas Bill, je revois un (tout) petit peu mon jugement. Mais si par la suite, il vient mettre des bâtons dans les roues dans l’histoire Sookie/Eric, je le décapite !

Bref, tout ça pour dire qu’il s’agit d’une déception, mais étant tellement bien partie, je me jetterai sur le prochain tome, c’est obligé !

 

6 pensées sur “La Communauté du Sud, Tome 9 : Bel et bien mort de Charlaine HARRIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c8b33e8c1a38bee2f38340a961c320eaiiiiiii