Charlie et le grand ascenseur de verre de Roald DAHL

charlie
Charlie et le grand ascenseur de verre

de Roald DAHL
Gallimard Jeunesse,

Folio Junior,
2001, p. 197

Première Publication : 1972

Pour l’acheter : Charlie et le grand ascenseur de verre

Roald Dahl (13 septembre 1916 – 23 novembre 1990) est un écrivain gallois, auteur de romans et de nouvelles, qui s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer Charlie et la chocolaterie, adapté plusieurs fois au cinéma, ainsi que des recueils de nouvelles grinçantes Kiss Kiss et Bizarre, bizarre (Someone like you).

Sacrées sorcières

♣ ♣

Charlie a gagné la fabuleuse chocolaterie de Willy Wonka qu’il survole maintenant à bord d’un extraordinaire engin, le grand ascenseur de verre, en compagnie de toute sa famille. Mais une fausse manoeuvre va projeter l’ascenseur dans l’espace. Un espace qu’ils découvrent peuplé d’être fantastiques et monstrueux, les Kpoux Vermicieux, terreurs de l’univers interstellaire, contre lesquels ils vont livrer une terrible bataille…

J’ai lu Charlie et la chocolaterie plusieurs fois (en français et en anglais) et j’ai vu plusieurs fois les différentes adaptations, notamment celle de Tim Burton ; mais je n’avais encore jamais lu Charlie et le grand ascenseur de verre, considéré comme la suite logique et immédiate du livre cité précédemment. Le découvrir dans la bibliothèque de ma Petite Soeur a donc été une agréable surprise, d’autant plus qu’il entre dans la liste pour le Challenge Livraddict 2010 !

Autant la lecture de Charlie et la chocolaterie est agréable et ne me lasse pas, autant la lecture de sa suite m’a déçue et assez peu emballée. Je ne connaissais absolument pas l’histoire avant de parcourir les premières pages il y a quelques jours, et je comprends dorénavant pourquoi l’intrigue est si peu connue. Charlie a gagné la chocolaterie et Mr Wonka a accepté que l’enfant et toute sa famille vivent dans celle-ci. Tout le petit monde embarque donc dans l’ascenseur de verre (y compris le lit des trois grands-parents) et s’apprête à rejoindre la chocolaterie. Mais pour se faire, Mr Wonka annonce que l’ascenseur doit prendre de la hauteur afin de foncer sur l’usine à grande vitesse, pour parvenir à traverser le toit. A force de grimper en altitude, et suite à une mauvaise manipulation, l’ascenseur et ses passagers finit par être coincé sur orbite. Commence alors une série de rencontres et de péripéties dans l’espace, qui ne se termine pas sans mal pour quelques humains et créatures extraterrestres. L’ascenseur et ses passagers arrivent enfin sains et saufs dans la chocolaterie et, sous prétexte de vouloir sortir les trois grands-parents de Charlie du lit, Willy Wonka leur offre des pilules miracles, les Forti-Wonka, qui rajeunissent. Mauvais calculs obligent, Charlie et Mr Wonka sont bien vite obligés de trouver un moyen pour faire avaler aux trois « vieux », du Wonki-Forta, aux effets vieillissants…

roalddahlJ’ai été très surprise. J’ai eu l’impression, pendant cette lecture, que Roald Dahl avait collé deux histoires complètement différentes ensemble, en ajoutant une sorte de « conclusion » pour les relier… Je me suis donc sentie un peu « flouée » quant au « contenu » de l’histoire !
On retrouve cependant, avec plaisir, cette « folie douce » propre à l’auteur ; avec l’apparition d’éléments et d’évènements complètement fous : les Kpoux filants, la terre des moins, le président des Etats-Unis incapable de prendre une décision sans sa Nounou,… Mais, pourquoi donner un tel titre à cette histoire ? Certes, c’est la suite directe de Charlie et la chocolaterie, mais le jeune garçon n’est en aucun cas le héros de ce second volet. A mon goût, ce sont les trois grands-parents (Joséphine, Georgina et Georges) et Mr Wonka qui sont au premier plan, mais pas Charlie ! Et là encore, quelle déception ! Je l’aime bien ce petit bonhomme, il est gentil et attachant. Les grands-parents sont certes amusants, mais ils sont surtout relativement insupportables ! Quant aux parents, ce sont des potiches ! Ils doivent ouvrir la bouche seulement deux fois au cours des 197 pages du récit… Heureusement que la personnalité de Willy Wonka, un peu toquée, est là pour égayer et rythmer l’histoire !

Du côté des illustrations qui sont tout de même assez présentes (chose assez habituelle dans la collection « Folio Junior »), elles sont horribles ! Seule celle de la couverture est potable, mais on remercie les couleurs qui l’arrangent bien. Certes, c’est une histoire destinée aux enfants, donc les dessins vont de pair… mais tout de même ! Ces gribouillis en noir et blanc signés Quentin Blake ne sont pas du tout à mon goût !

Pour finir sur un élément positif, j’avancerai le style de l’auteur et les éléments récurrents dans ses histoires : de l’humour, des jeux de mots et des chansons / poèmes en vers ! On sent que l’ensemble est travaillé, et petits et grands ne peuvent s’empêcher de sourire à la lecture !

Pour résumer, je ressors de cette lecture plutôt mitigée. L’histoire et « l’absence » de Charlie m’ont déçue, sans parler des illustrations de cette collection, que je n’apprécie pas du tout. En revanche, j’ai retrouvé avec plaisir les touches d’humour de Roald Dahl, et ses chansons, en assez grand nombre. Cette suite est définitivement inférieure, selon moi, au premier volet des aventures du petit Charlie !

Une pensée sur “Charlie et le grand ascenseur de verre de Roald DAHL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cb4990aa3c74a7b1b35c61fd9ffd7954RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR