Le Silence des agneaux de Thomas HARRIS

silencedesagneaux.gifLe Silence des Agneaux
de Thomas HARRIS

Editions France Loisirs,
1992, p. 339

Première Publication : 1988

Pour l’acheter : Le Silence des agneaux

Thomas Harris, né en 1940, est un journaliste et écrivain américain de langue anglaise spécialisé dans le thriller.

Le Silence des Agneaux est adapté au cinéma par Jonathan Demme. Jodie Foster interprète une agent du FBI et Anthony Hopkins le fameux psychiatre « Hannibal le cannibale ». Cette prestation lui vaut de remporter l’Oscar du meilleur acteur en 1991 et de figurer pour toujours comme un des monstres sanguinaires les plus inquiétants du cinéma.

♣ ♣ 

Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu’il enlève la fille d’un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l’inquiétante mission d’interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L’ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecteraccepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu’elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d’enfance. En échange, il va peut-être l’aider à retrouver le tueur…

Les thrillers/policiers ne font vraiment pas partie de mon genre de prédilection, mais ayant trouvé cet ouvrage dans un vide-grenier à 1€ et n’ayant pas grand chose d’autre sous la main à ce moment-là, je me suis lancée. Je connais et j’apprécie assez le film adapté avec l’excellent Anthony Hopkins, donc j’étais tout de même assez curieuse de découvrir ce que valait le livre d’origine.

thomasharrisL’histoire en elle-même (très proche de l’adaptation) est intéressante et bien menée, je ne me suis pas ennuyée une seule minute lors de cette lecture. C’est avec plaisir que l’on suit l’enquête et que l’on découvre petit à petit, la personnalité extraordinaire du Docteur Lecter. Je n’ai pas grand chose à redire sur ce point si ce n’est ma déception concernant l’achèvement de l’enquête. En effet, pendant les trois quarts du livre, les indices se succèdent et l’on progresse lentement sur la piste du serial killer – ce que j’apprécie grandement, ayant ainsi le temps de savourer chaque révélation et de les mémoriser -, puis, subitement, Clarice tombe sur le meurtrier, on ne comprend pas tellement comment d’ailleurs, et règle l’histoire très rapidement, en quelques pages seulement. Bref, déception concernant le dénouement de l’enquête, bien trop rapide à mon goût.

Pour en revenir au Docteur Lecter, je trouve qu’il fait toute la force et l’originalité de ce thriller, car même si l’on est au courant de ses crimes et de sa façon de procéder, on ne peut s’empêcher, à l’instar de Clarice, de l’admirer et même de s’attacher à lui. Pourtant, c’est un tueur psychopathe et cannibale, mais quelle intelligence, et quel savoir vivre (sauf quand il dévore le visage de ses ennemis…) ! En ce qui concerne Clarice, l’héroïne, je la trouve très touchante. On ne peut que s’attacher à ce petit bout de femme déterminée qui cherche à percer dans un monde exclusivement masculin. Sa relation avec le Docteur Lecter est ambigue et très étrange, elle crée un lien très particulier avec lui et se révèle bien plus forte qu’on pourrait le croire au premier abord.

Enfin, quelques mots sur le « style » de Thomas Harris. Je n’ai pas grand chose à en dire, car son roman se lit bien, facilement et rapidement. Ses descriptions, élément important dans un thriller/policier, sont bien menées et assez précises (je n’ai pas peiné à imaginer les scènes) sans être trop poussées (dans le sens sanglantes ou gores). J’ai apprécié les quelques touches d’humour qui permettent de dédramatiser le tout, ainsi que l’aspect psychologique de certains des dialogues, notamment entre Clarice et Lecter. 

Si ce n’est la précipitation du dénouement, je n’ai pas grand chose à redire de ce roman, qui me réconcilie un peu avec le genre et me pousse même à continuer mon exploration avec d’autres histoires de meurtres…

 

3 pensées sur “Le Silence des agneaux de Thomas HARRIS

  • Ping : Titres (L - Z) - Bazar de la Littérature

  • Ping : Auteurs (A – L) | Bazar de la Littérature

  • 12 avril 2014 à 15 h 26 min
    Permalink

    Un livre qui n’était pas sur ma liste à l’époque mais que j’ai finit par lire car j’en avais marre qu’on le confonde avec le Seigneur des Anneaux, que je venais de dévorer et dont l’adaptation filmique n’était pas encore sortie (d’où méconnaissance quasi-totale du bouquin, et questions mêlant les deux titres !!) Finalement j’ai bien aimé, j’ai même lu les deux opus (préquelle et séquelle) : Hannibal et Dragon rouge. Il me semble que Dragon Rouge est plus sanglant et moins « mystérieux » que les deux autres, empruntant plus au thriller gore qu’au polar d’enquête.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7aaec5e225babf0f81501afc14859e73vvvv