Raison et sentiments de Jane AUSTEN

raisonetsentiments austen
Raison et sentiments

de Jane AUSTEN

Editions 10/18
1997, p.383

Première Publication : 1811

Pour l’acheter : Raison et sentiments

Jane Austen (16 Décembre 1775, Stevenson, Hampshire – 18 Juillet 1817, Winchester) est une femme de lettres anglaise.

EmmaLady SusanNorthanger Abbey Orgueil et préjugés Persuasion
Adaptation (2008)

Raison et sentiments sont joués par deux soeurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l’imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIème siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.

Je crois que je vais tenter de me procurer toutes les oeuvres de Jane Austen, car j’apprécie de plus en plus son style et ses thèmes principaux. Elle fait partie des auteurs classiques, mais aucune inquiétude, vous pouvez vous lancer les yeux fermés, cela se lit très facilement. Les descriptions ne traînent pas en longueur et sont mesurées, les dialogues sont également en nombre appréciable, ni trop peu, ni pas assez. L’histoire est amenée assez finement, et jusqu’au bout, on ne sait pas comment les héroïnes vont s’en sortir. Les thèmes principaux rappellent ceux que l’on retrouve dans Orgueil et Préjugés : la condition féminine, le mariage, les bals, les hommes,… Et comme dans Orgueil et Préjugés, on retrouve les mêmes figures principales : la jeune fille raisonnable, intelligente (et qui pour ma part, me plaît beaucoup), la jeune soeur délurée, amoureuse du jeune premier lâche et menteur, et enfin, le jeune homme taciturne, sur lequel on rejette au départ toutes les fautes qui s’avère être le grand gentil de l’histoire ! N’oublions pas les personnages insupportables de condescendance et de bêtise et vous aurez un roman de Jane Austen. Je regrette juste une petite chose, qui m’a tout de même marquée : les soeurs sont trois, mais seules deux sont mises en avant, la troisième Margaret, doit être citée à peine trois fois dans les presque 400 pages, dommage.

Une pensée sur “Raison et sentiments de Jane AUSTEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

afe8170608ab22078177929b00d8700e;;;;;;;;;;;;;;;;;;